La recherche en pôle position

Le Prebat (Programme de recherche et d’expérimentations sur l’énergie dans le bâtiment) soutient les projets innovants de conception de logement à basse consommation énergétique et dessine les bâtiments de demain. Sa mission : apporter des solutions concrètes pour réduire par quatre, à l’horizon 2050, les émissions de gaz à effet de serre et donc, dans les mêmes proportions, les consommations énergétiques des bâtiments. “Concernant le chauffage, nous avons plusieurs axes de travail, affirme Jean-Paul Fideli, secrétaire permanent adjoint du Prebat. Par exemple, nous cherchons déjà à miniaturiser les pompes à chaleur. Ce projet est très prometteur. Nous voulons réduire sensiblement la taille des appareils, pour mieux les intégrer à l’habitat sans rien devoir sacrifier au rendement. Nous travaillons également sur le remplacement des habituels convecteurs électriques (qui représentent plus de la moitié des appareils de chauffage installés dans le neuf aujourd’hui) par une autre technologie. Enfin, nous cherchons à obtenir un meilleur rendement, ainsi qu’une meilleure intégration dans l’habitat du photovoltaïque et du solaire.” De son côté, la Fondation Bâtiment et Énergie a été créée par Arcelor, EDF, Gaz de France et Lafarge pour la recherche sur les bâtiments basse consommation. Elle soutient financièrement des projets. “Notre mission consiste à anticiper les objectifs du Grenelle de l’Environnement, explique son directeur, Pierre Hérant. Pour obtenir des bâtiments à basse consommation ou à énergie positive, tous les produits sont déjà à disposition. En clair, il n’y a pas de difficulté technologique, mais plutôt un frein économique, puisque ces technologies sont plus coûteuses. Plus elles se diffuseront, plus on pourra optimiser les coûts. Et puis, il ne faut pas oublier que si l’installation coûte un peu plus cher, à moyen terme, le maître d’ouvrage finit par être gagnant. De toute façon, d’ici à 2010-2012, les réglementations rendront obligatoires ces bâtiments à basse consommation énergétique, qui intégreront notamment des équipements performants de chauffage. Tout le monde devra alors s’y mettre !”

La recherche en pôle position
La recherche en pôle position

Le Prebat (Programme de recherche et d’expérimentations sur l’énergie dans le bâtiment) soutient les projets innovants de conception de logement à basse consommation énergétique et dessine les bâtiments de demain. Sa mission : apporter des solutions concrètes pour réduire par quatre, à l’horizon 2050, les émissions de gaz à effet de serre et donc, dans les mêmes proportions, les consommations énergétiques des bâtiments. “Concernant le chauffage, nous avons plusieurs axes de travail, affirme Jean-Paul Fideli, secrétaire permanent adjoint du Prebat. Par exemple, nous cherchons déjà à miniaturiser les pompes à chaleur. Ce projet est très prometteur. Nous voulons réduire sensiblement la taille des appareils, pour mieux les intégrer à l’habitat sans rien devoir sacrifier au rendement. Nous travaillons également sur le remplacement des habituels convecteurs électriques (qui représentent plus de la moitié des appareils de chauffage installés dans le neuf aujourd’hui) par une autre technologie. Enfin, nous cherchons à obtenir un meilleur rendement, ainsi qu’une meilleure intégration dans l’habitat du photovoltaïque et du solaire.” De son côté, la Fondation Bâtiment et Énergie a été créée par Arcelor, EDF, Gaz de France et Lafarge pour la recherche sur les bâtiments basse consommation. Elle soutient financièrement des projets. “Notre mission consiste à anticiper les objectifs du Grenelle de l’Environnement, explique son directeur, Pierre Hérant. Pour obtenir des bâtiments à basse consommation ou à énergie positive, tous les produits sont déjà à disposition. En clair, il n’y a pas de difficulté technologique, mais plutôt un frein économique, puisque ces technologies sont plus coûteuses. Plus elles se diffuseront, plus on pourra optimiser les coûts. Et puis, il ne faut pas oublier que si l’installation coûte un peu plus cher, à moyen terme, le maître d’ouvrage finit par être gagnant. De toute façon, d’ici à 2010-2012, les réglementations rendront obligatoires ces bâtiments à basse consommation énergétique, qui intégreront notamment des équipements performants de chauffage. Tout le monde devra alors s’y mettre !”


 

Service

Prenez rendez-vous avec un diagnostiqueur