La pression foncière enrichit la production bretonne

Il s'agit aujourd'hui de trouver de nouvelles formes d'habitat, qui répondent mieux aux besoins des acquéreurs, avec des rapports locatifs plus satisfaisants pour les investisseurs et tout simplement plus abordables pour les familles. Les réflexions sont entamées : sur la métropole Brest Métropole Océane (214 000 habitants et environ 360 logements neufs vendus, en collectif, sur les quatre derniers trimestre, à 2 530 e/m2), on entend décliner à l'avenir les nouveaux logements sous forme de maisons individuelles, jusqu'à trois étages sur des petites parcelles de 300 m2, d'immeubles qui évoluent, avec des espaces extérieurs privatifs, des caractères affirmés de grandes maisons dans leur architecture. On les combine à des maisons individuelles regroupées en "villages" avec des décrochements pour l'intimité et une meilleure isolation phonique. On ajoute enfin des maisons appartements, fruits d'un assemblage original avec des accès indépendants et des espaces privatifs extérieurs. On découvre déjà ces formes de demain, souvent associées à une démarche de développement durable dans les quartiers de Menguen, Saint-Martin, Kerancoux, Penmesmadec et Le Vern. La dynamique s'alimente notamment de la future desserte LGV. D'ici 2012, avec la réalisation d'une ligne entre Le Mans et Rennes et la modernisation des lignes normales de Rennes vers Brest et Quimper, la ville de la pointe Bretagne sera à 3 heures de Paris.

La pression foncière enrichit la production bretonne
La pression foncière enrichit la production bretonne

Même tendance dans le Pays rennais où des groupes de travail se penchent sur les formes urbaines, pour notamment redensifier les centres bourgs. On prévoit sur les 37 communes de l'agglomération 10 % de population en plus d'ici 2020, soit 440 000 habitants en tout. Le Plan local de l'habitat a fixé l'objectif de construction à 4 500 unités par an, contre 3 800 construits actuellement (dont 50 % en accession libre). "Depuis 2005, 70 Zac ont été engagées sur l'agglomération, explique-t-on au service de l'urbanisme. Pour les années qui viennent, un projet d'envergure est en marche à la Courrouze, sur les communes de Rennes et de Saint-Jacques. D'ici 2020, il en sortira 4 700 logements et près de 40 hectares d'espaces verts. Les premiers seront livrés, à partir de la fin d'année, sur le secteur du Bois Habité, par Icade Capri, Secib et Nexity Appolonia. En 2010, les grands chantiers de Saint-Jacques seront achevés, avec 1 600 nouveaux logements. A Cesson-Sévigné, les deux-tiers de l'offre vont se concentrer sur la Zac des Pierrins, où 900 logements sortiront d'ici 2012. Parallèlement, l'offre de transports en commun (TER, réseau de cars) se développe en périphérie. Une seconde ligne de métro est à l'étude, qui desservirait la Courrouze et Champs-Blancs.


Service

Prenez rendez-vous avec un diagnostiqueur