La pénurie mais des opportunités

"L'immobilier de bord de mer a changé, car les modes de vie des gens ont évolué. Aujourd'hui, c'est la formule domicile-bis qui se développe ,avec des personnes qui ont suffisamment d'argent pour acheter ici, dans des endroits où les prix se sont envolés, et qui ont des situations leur permettant de partager leur semaine entre leur lieu de travail, souvent Paris accessible en TGV, où ils conservent un pied-à-terre et ce qui devient leur véritable foyer, la maison ou l'appartement acheté pour son environnement mer ou nature" explique Jeanne Souadi, qui tient une agence immobilière à Soulac.

La pénurie mais des opportunités
La pénurie mais des opportunités

Une constatation d'autant plus importante dans le Sud-Ouest que le développement des dessertes TGV a raccourci les distances, la résidence de bord de mer n'étant plus forcément réservée aux grandes vacances. Aux côtés d'une importante population de retraités, de plus en plus de familles viennent s'installer "à mi-temps", voire "à temps complet" dans des villes choisies pour leur qualité de vie.


"Avec l'arrivée du TGV dans notre ville, nous avons vu des gens qui travaillent à Paris s'installer. Ils profitent des systèmes de télétravail et des RTT pour monter quelques jours par semaines pour leur travail, et rejoignent leur famille le reste du temps" explique Yves Foulon, maire d'Arcachon.


Au-delà de sa diversité, tout le Sud-Ouest plaît : "nous attirons une partie de la clientèle de la Côte d'Azur, à l'aise financièrement, relativement âgée, à la recherche d'un environnement plus tranquille et sûr que celui de la Riviera" estime-t-on à l'office du tourisme de Biarritz. Les prix s'en ressentent et "sur la côte basque, les prix ont tellement augmenté, de l'ordre de 40 % en quatre ans sur le secteur de Pau, que la population locale est à peu près exclue du marché" déplore Philippe Caris, président de la FPC d'Aquitaine.


Très peu de programmes neufs trouvent d'ailleurs une place et il faut se retirer vers Bayonne pour trouver de rares opportunités, comme ce programme signé Sagec où le premier 2-pièces s'affiche à 186 000 €. Livrable en juin, il s'agit d'un programme conçu autour d'une bâtisse du 18e siècle dans un parc arboré. Le domaine s'inscrit dans un des quartiers les plus recherchés de Bayonne, Marracq. A signaler également, du côté d'Anglet, le tout nouveau programme de Icade Capri dont la livraison est prévue pour le 3e trimestre 2007. Au total, 32 appartements du T1 au T4 protégés par de grandes terrasses. Le 3-pièces de 85 m2 est commercialisé à 310 000 €.


Service

Prenez rendez-vous avec un diagnostiqueur