La Côte d'Azur à la cote

Peu de régions de France concentrent à la fois autant d’atouts avec, de surcroît, de nombreux projets urbains et un marché du logement qui résiste mieux qu’ailleurs. Enquête.

La Côte d'Azur à la cote
La Côte d'Azur à la cote

Avec un pied dans l’eau de la Méditerranée, un autre sur les contreforts du massif alpin, les Alpes-Maritimes bénéficient de 40 km de plages, baies, criques et sentiers littoraux, mais il suffit d’une heure de route pour parvenir sur les premières pentes des montagnes dont les plus hauts sommets culminent à plus de trois mille mètres d’altitude. Cependant, loin des clichés, la Côte d’Azur est l’un des territoires français les plus porteurs en matière économique : deuxième région après Paris pour son rayonnement international, 160 nationalités se côtoient ici tandis que le tourisme représente 1 % de l’activité mondiale avec 64 millions de nuitées et 10 millions de touristes, dont 71 % d’internationaux ! Sous le relief des corniches, le visiteur découvre les centres anciens au caractère encore rural mais aussi ces villas particulières aux jardins si remarquables ou encore l’influence de l’architecture italienne dans les couleurs vives et chaudes des façades des maisons niçoises. Enfin, la clémence du climat offre une végétation luxuriante et un cadre de vie particulièrement prisé. Dans les Alpes-Maritimes, la variété des reliefs littoraux - comme celui de Menton, Roquebrune- Cap-Martin ou le Mont-Agel où des sommets culminent à 1 000 m d’altitude - dominent la mer. Dans le Var voisin, le paysage se dessine avec les massifs classés de la Saint-Baume, de l’Estérel et des Maures, avec les îles d’Or, le golfe de Saint-Tropez ou encore la rade de Toulon. C’est aussi le premier département pour le nombre de résidences secondaires et il attire aussi, des millions de touristes chaque année. Et que dire de la première destination touristique du département, le Golfe de Saint-Tropez, qui jouit d’un prestige international. Un environnement exceptionnel, des villages prestigieux, de très nombreux ports de plaisance, des événements culturels de renom, tout contribue au sein de ce territoire à lui donner une identité propre.


De forts pôles de compétences économiques


En matière de développement économique, l’emploi industriel sur le territoire de Nice enregistre une forte hausse en 2011 par rapport à 2010 (+4,5 %), suivant en cela un mouvement positif plus marqué par rapport aux Alpes-Maritimes, à la région PACA et à la France entière. La métropole compte par ailleurs plusieurs pôles de compétences économiques qui lui confèrent une réputation qui dépasse largement les frontières. C’est le cas pour les sciences du vivant avec l’industrie pharmaceutique, les biotechnologies, la chimie fine et les arômes, la cosmétologie ou les biomatériaux ; mais aussi dans le domaine des TIC (Technologies de l’information et de la communication) où de nombreuses entreprises spécialisées dans la conception de logiciels ou les réseaux hardware et software se sont implantées. Enfin, les éco-entreprises sont également de plus en plus nombreuses. Et aux côtés de Sophia Antipolis, la Plaine du Var, à l’entrée de Nice, voit l’installation de la première opération d’intérêt national dédiée au développement durable. Ce projet de grande envergure couvre plus de 10 000 hectares des rivages de la Méditerranée au pied des Alpes azuréennes. Le Var, quant à lui, connaît une dynamique de clusters (pôle de compétence) parmi les plus importantes de France avec huit pôles de compétitivité, dont le Mer PACA à vocation mondiale ou le pôle de compétitivité Orpheme (pathologies émergentes et maladies orphelines).

Service

Prenez rendez-vous avec un diagnostiqueur