La chasse aux ponts thermiques

Au rayon “nouveautés”, les énergies renouvelables ont le vent en poupe, et sont nettement valorisées. Idem pour l’architecture bioclimatique. L’idée, c’est de tirer parti des atouts naturels du site sur lequel est construit une maison, en profitant au mieux des apports solaires et de la circulation naturelle de l’air. Objectif : réduire les besoins en chauffage et en climatisation, et créer un climat de bien-être avec des températures agréables, une humidité contrôlée et un éclairage naturel abondant. Le confort d’été – ou comment faire de son home sweet home une barrière anticanicule – est particulièrement concerné. Or, plus le problème est pris en amont, meilleures sont les chances de le régler de façon efficace. Certains choix dans la localisation et l’orientation d’une maison lui permettent d’être confortable 365 jours par an, sans pour autant être gourmande en énergie. La RT2005 impose aussi des valeurs limites pour les nouvelles constructions, en fixant à 20 % les déperditions autorisées produites par les ponts thermiques. Le terme “pont thermique” désigne des points de la construction où la barrière isolante est rompue (par exemple, au niveau de la jonction de deux parois).

La chasse aux ponts thermiques
La chasse aux ponts thermiques

La chaleur peut donc s’échapper facilement à ces endroits, et l’énergie ainsi gaspillée peut atteindre jusqu’à 40 % ! Ces zones sont également source d’inconfort pour les occupants, car si les murs sont froids ils auront une impression de froid, même si l’air de la pièce est bien chaud. Or, ces problèmes sont loin d’être une fatalité ! Les solutions pour y remédier ne manquent pas, même si l’idéal est de les mettre en oeuvre lors de la construction, en isolant par l’extérieur. Il existe aussi des “rupteurs de ponts thermiques”, des pièces isolantes (généralement en polystyrène) qui viennent s’intercaler au moment de la construction sur les zones à risques, entre le mur et les planchers, par exemple. Quant au chauffage, les planchers chauffants sont aujourd’hui le système offrant le meilleur confort. Or, ils sont plus faciles (et donc moins coûteux) à installer dans le neuf que dans l’ancien. Totalement invisible et silencieux, le plancher chauffant répand la chaleur de façon homogène. La température est la même, n’importe où dans la pièce.


Service

Prenez rendez-vous avec un diagnostiqueur