La Bretagne plébiscitée

De Vannes à Saint-Malo, la côte bretonne compte une myriade de stations de charme où les prix sont en baisse. Des opportunités à saisir pour qui veut s’offrir un pied-à-terre iodé.

La Bretagne plébiscitée
La Bretagne plébiscitée

En Bretagne, grâce aux baisses significatives de prix et à l’abattement exceptionnel de 25 % sur les plus-values immobilières, les notaires ont constaté, depuis la fin de l’été 2013, une reprise des ventes qui devrait se poursuivre jusqu’à l’été 2014. Malgré ce frémissement, il faut se rendre à l’évidence : les prix n’ont pas augmenté. À l’exception de quelques stations où la demande est plus forte (en Ille-et-Vilaine ou dans le Finistère, par exemple), la tendance reste à la baisse. C’est le cas dans les Côtes d’Armor (-8,6 %), ou dans le Morbihan (-3,4 %). " Les vendeurs ont bien compris que pour vendre, ils devaient être raisonnables et accepter les négociations ", confie un notaire.


Du neuf à tous les prix


Globalement, sur l’ensemble des départements bretons, les valeurs oscillent entre 2 000 et 3 500 €/m2 dans l’ancien. Dans le neuf, la difficulté à trouver des terrains rend la construction délicate. Malgré tout, on peut dénicher des programmes émanant de promoteurs nationaux (Bouygues Immobilier, notamment), et régionaux (Sacib, Secib, Lamotte, Réalités…), à Saint-Malo, Dinard et Saint-Briac-sur-Mer. Dans cette dernière commune, Sacib propose quelques maisons entre 220 000 et 241 000 € (de 77 à 82 m2). Dans les Côtes d’Armor, les programmes ne sont pas légion. Ils sont plus nombreux dans le Finistère. À Concarneau, Eiffage propose des 2 et 3-pièces entre 130 000 et 199 000 € (de 45 à 62 m2). Dans le Morbihan, des opérations sont actuellement en vente à Carnac (Immopierre), Arradon, Auray, Guidel, La Trinité-sur-Mer, Larmor-Plage, Quiberon et, bien sûr, Vannes.

Service

Prenez rendez-vous avec un diagnostiqueur