L'offre de logements neufs de la façade Atlantique

Les communes du littoral atlantique proposent de plus en plus une off re étoff ée, adaptée à l'ensemble des acquéreurs potentiels et fortement stimulée par le dispositif Scellier.

L'offre de logements neufs de la façade Atlantique
L'offre de logements neufs de la façade Atlantique


Le Pays basque bouge. Depuis le 1er janvier 2011 les communes de Boucau et Bidart sont entrées dans l'Agglomération Côte basque – Adour et ont rejoint les communes de Bayonne, Biarritz et Anglet. L'objectif est d'apporter des réponses notamment au logement accessible, « dans un pôle urbain plus équilibré, solidaire, attractif, et compétitif », rappelait Jean Grenet, député-maire de Bayonne. Cette réorganisation du fameux BAB est un signal en vue de l'horizon 2015 qui verra la population du Pays basque atteindre près de 300 000 habitants. Dans ce contexte, la communauté d'agglomération a donné un coup d'accélérateur à la politique locale de l'habitat pour maintenir familles et jeunes sur son territoire. Son Programme local de l'habitat (PAL) 2010-2015 table ainsi sur la production de plus de 1 000 logements par an, dont 65 % de logements aidés.



Un Pays Basque relancé


Elle a déjà commencé en imposant aux promoteurs une moyenne de logements sociaux par opération tout en engageant une stratégie foncière off ensive via des zones d'aménagement concerté comme Arrousets, le Séqué à Bayonne, le Maharin, Hausquette à Anglet ou Kleber à Biarritz.


L'opération « Tête de pont » en rive gauche de l'Adour en est l'un des exemples : ce programme immobilier comptera de près de 40 000 m² de SHON et comprendra près de 315 logements, dont 116 sociaux et 20 en accession à la propriété, 6 350 m² de commerces, un hôtel 4 étoiles, des bureaux et une résidence pour seniors. Ce projet s'inscrit dans une volonté de réinvestissement urbain des berges de l'Adour amenées à se développer. Une zone d'aménagement diff érée sera mise en place du pont Henri-Grenet au canal d'Atchinetche. L'opération dite « Rive droite Adour » permettra de restructurer le quartier de la gare pour bénéfi cier des retombées de la grande vitesse ferroviaire. Enfi n, une stratégie de rénovation urbaine et de l'habitat social a été lancée avec la participation au Programme ANRU à Sainte-Croix, Habas ou Caradoc à Bayonne.


Ce dynamisme territorial a forcément des eff ets en matière d'off re de logements. Ainsi, à Biarritz, Kaufman & Broad commercialise la Villa Impériale, à 200 mètres seulement du célèbre Hôtel du Palais, du Casino et de la Grand-Plage. Cette résidence intimiste se compose de 13 appartements, du 2 au 5-pièces, ouverts sur des balcons ou des terrasses, à un prix moyen de 7 795 € pour une livraison à partir du 2e trimestre 2013. Bouygues Immobilier a choisi Bayonne pour réaliser la résidence Le Cardinal, située sur la rive droite de Bayonne. Nichée dans un parc paysagé, elle est composée d'immeubles collectifs du 2 au 4-pièces et de maisons individuelles de 3 et 4-pièces, pour une livraison à partir du 3e trimestre 2012.


Dans les Landes, le promoteur est aussi celui qui réalise L'Estacade, en plein coeur de Capbreton, pour une tranche de 67 logements en accession.



Pays de la Loire : grâce à la loi Scellier


Selon la chambre des notaires du département de Loire-Atlantique, à Saint-Nazaire et la Carène, les volumes des transactions « peinent à repartir », en particulier pour les maisons. Pour les appartements anciens, les prix se sont stabilisés (+1,4 %), mais sont très hétérogènes avec des écarts entre 4 806 €/m2 à Pornichet et 1 920 €/m2 à Saint-Nazaire. Dans le neuf, Saint-Nazaire comme Nantes a largement profi té du dispositif Scellier et les prix ont progressé de 5,2 %. Aux portes de Pornichet et de la Baule, dans le quartier de Saint-Marc à Saint-Nazaire, Bouygues Immobilier lance Villa Courance, une résidence de 35 appartements, du 2 au 4 pièces, situés à 1,5 km de la plage de la Courance, à proximité des commerces et du centre commercial Océanis.


Quant à Kaufman & Broad, il poursuit la commercialisation de Mosaïque, une réalisation sise à Saint-Nazaire, à 10 minutes de La Baule pour 33 appartements, du 2 au 5-pièces, avec des loggias ou terrasses aux vues dégagées.


Après s'être fortement dégradé en 2009, le marché de l'immobilier sur le littoral s'est redressé en 2010. Les volumes ont augmenté et les prix se stabilisent voire progressent, àl'exception de la Côte de Jade ou de Pornic. Le marché est animé à 50 % par des acquéreurs venant de l'extérieur du département, les Franciliens intervenant dans plus de 20 % des transactions. Pour les appartements neufs, de nombreuses communes du littoral étant éligibles à la loi Scellier, les prix ont connu une forte progression, toujours selon les notaires, de l'ordre de 12 % sur la Côte d'Amour. De nombreux programmes, avec une implantation géographique diversifi ée, permettent d'alimenter le marché. Ainsi, Nexity George V réalise 16 appartements et trois villas sur le toit avec le lancement d'Acte 2.



Morbihan : la stabilisation


Selon la chambre des notaires du Morbihan, les prix sur les littoraux ont marqué le pas en 2010 et « le marché demeure animé par des acquéreurs venant de l'extérieur du département, à près de 70 % pour les appartements et les maisons dans le golfe, les Franciliens intervenant dans plus de 30 % des transactions ».


Dans l'ancien, Carnac reste la station la plus prisée, à 4 597 €/m2 en moyenne tandis que sur le littoral ouest, les prix se sont stabilisés.


Pour les appartements neufs, de nombreuses communes du littoral étant éligibles à la loi Scellier, les prix ont connu une progression de +8,5 % dans le golfe et +9,4 % sur le littoral ouest. Dans le golfe et la baiede Quiberon, même si le volume des ventes a augmenté, les prix ont baissé de 2,3 % et Quiberon a enregistré une baisse de -6,6 %.



Côtes d'Armor : la reprise


Dans le Finistère, la chambre départementale des notaires dresse un constat encourageant. Brest et son agglomération ont ainsi été marqués par une « reprise signifi - cative du volume des transactions ».


Pour les appartements anciens, à Brest intra-muros le prix du m2 a progressé de 1,8 % en 2010. Les primo-accédants demeurent très présents sur le marché des appartements anciens, les moins de 30 ans représentant près de 40 % des acquéreurs.


Dans le neuf, même si la cité du Ponant a bénéfi cié, en 2010, du dispositif de défiscalisation Scellier, les prix ont baissé sensiblement de 6,3 % pour s'établir à 2 468 €/m2. Par exemple, Nexity George V lance sous peu pour une livraison fi n 2013 une résidence dans le quartier Saint-Marc.


Sur le littoral, le marché traditionnellement dynamisé par les résidences secondaires peine à repartir et sur le littoral sud ce sont près de 50 % des acquéreurs qui viennent de l'extérieur, un acquéreur sur cinq étant francilien. Dans le neuf les ventes se sont concentrées dans le sud, Bénodet ayant bénéfi ciéd'un programme à 5 554 €/m2 qui a fait grimper la moyenne du secteur à 4 257 €/m2. Il faut avoir en tête que, par exemple, à Concarneau, le prix moyen s'établit à 2 740 €/ m2.


Dans les Côtes d'Armor, les appartements anciens ont vu leur prix légèrement progresser : sur la Côte d'Émeraude (+4,3 %),se sont stabilisés sur le littoral Goëlo et baissé sur la Côte de Granit rose (-1,8 %) malgré une forte hausse à Perros-Guirec (+8,9 %). À Saint-Brieuc, le prix au m2 des appartements a reculé, à nouveau, en 2010 : -6,3 % pour revenir à un niveau de 2005. « Comme toujours, observe la chambre des notaires du département, sur le littoral, ce sont les petites surfaces qui dominent le marché ». Enfi n, dans le neuf, les prix ont continué de baisser : -5,6 % sur la Côte d'Émeraude et -10,7 % sur le littoral Goëlo-Côte de Granit rose. Pour l'Ille-et-Vilaine, les prix des appartements dans le Pays malouin marquent le pas, -3 % pour les appartements anciens, -7,4 % pour les neufs. Dans le secteur du logement neuf, le prix du m2 moyen a reculé à Saint-Malo (-6,2 %), où 30 % des transactions ont été réalisées dans le quartier de la gare.



Littoral de la Manche


Sur les bords de la Manche, les nouveaux chantiers sont rares mais stratégiquement situés sur le front de mer ou dans le centre des bourgs.



Pour un bon investissement locatif, deux secteurs sont à privilégier sur cette façade atlantique : les grandes agglomérations et les stations du bord de mer.


Le département de la Manche s'enorgueillit de 350 kilomètresde côtes parmi lesquelles la baie des Veys et le Mont-Saint-Michel, des espaces préservés où « taquiner le homard, ramasser des praires ou naviguer sur de vieux gréements », comme le suggère l'offi ce du tourisme du département. Moins d'une dizaine de programmes sont dans les bacs. Seri-Ouest commercialise la résidence Rhéa avec des 2 et 3-pièces près du Mont-Saint-Michel, à Pontorson, et achève Eolia en plein coeur de Cherbourg avec quelques 4-pièces à partir de 92 m2. Il affi che également Orphée, une résidence de charme avec 2-pièces à Créances, dans le parc régional des marais du Cotentin et du Bessin. À Tourlaville, Nexity-George V et Aegide coréalisent le Phare d'argent, une résidence services seniors de 130 logements (à partir de 116 600 € pour les studios) à moins de cinq minutes du centre de Cherbourg, défiscalisables en LMP-LMNP, amendement Bouvard et loi Scellier.


Enfi n à Donges-les-Bains, près de Granville, Cap Ouest signé JL Pronier Promotion, off re un panorama sur les îles Chausey, accessibles à partir de 152 500 € pour les 2-pièces.



Une belle offre sur la côte


Dans le Calvados, hors agglomération Caennaise – la ville aux 100 clochers est à moins de 15 kilomètres du littoral basnormand – l'off re se déploie sur les stations de la côte. À Ver-sur-Mer, la résidence Nexity George V décline appartements (entre 244 000 et 256 500 €) et maisons (256 500 €), tandis qu'Aegide/Nexity affiche Plage de Nacre dans la familiale Courseulles-sur-Mer, de 123 appartements et six maisons. On trouve encore des produits Seri-Ouest à Langrune-sur-Mer (Electra) et Ouistreham (Villa de nacre). À 300 mètres de la plage de Cabourg, les 2-pièces de la résidence signée par Nexity-Georges V, Les Boréales, oscillent entre 133 000 et 150 000 €. Sur la route de Deauville, à Auberville, c'est Azurinvestimmo qui dispose de 2 et 3-pièces dans une résidence de tourisme (Le Domaine de la Corniche) avec piscine chauff ée et jacuzzi, pendant que Seri Ouest propose à Villers-sur-Mer Le Domaine Harmonia, un ensemble résidentiel dans un parc bordé par le Montcel.


Si vous rêvez d'un pied-à-terre à Deauville, trois programmes sont à l'affi che. Le Blue Bay, sur le point d'être livré dans la Marina par Montana Immobilier est une résidence « pieds dans l'eau ». Les deux autres off res sont signées Paris Ouest Promotion pour la Villa Mory, près de la place Morny, et Vinci Immobilier pour Les Terrasses du Mont Canisy, dans le parc du château de Bel-Abri. De l'autre côté de la Touques, une cinquantaine de maisons normandes poussent entre Trouville et Deauville, entre 279 500 et 307 000 € pour les derniers 6-pièces (Les Manoirs du Haut-Bois, Nexity George V). Honfl eur et son joli port fait fi gure de valeur sûre, idéale pour les week-ends ou à l'année. C'est à ses portes et près du pont de Normandie, à la Rivière de Saint-Sauveur que Seri Ouest érige quelques maisons de 3 et 4-pièces.



Le Havre métamorphosé


En Seine-Maritime, une dizaine de programmes sont repérables à Rouen et Grand-Quevilly. Mais en bord de mer, Le Havre poursuit sa métamorphose aujourd'hui incarnée par le nouveau quartier des Docks. Les appartements d'Hermès construits par Seri-Ouest et le Vendôme, une prestigieuse résidence signée JL Pronier Promotion sont sur le point d'être livrés. Bouygues-Immobilier commercialise également la Villa Félix-Faure, 24 appartements au coeur d'un parc (3 825 €/m2) et Eiff age Immobilier Normandie Centre a lancé Le Carré Courbet, livrable en 2013.


En montant vers le nord, dans la Somme, on peut encore dénicher une résidence de tourisme de Nexity George V à Mers-les-Bains et 17 appartements de Vinci Immobilier à Saint-Valéry-sur-Somme, sur la baie classée au patrimoine mondial de l'Unesco. Dans la petite station du Crotoy, l'opérateur national propose, avec Villa Bleu Rivage, une dizaine d'appartements vue sur mer.


Enfin, à Boulogne-sur-Mer, c'est encore Nexity George V qui propose avec l'Espace Lumière quelque soixante appartements, du studio au 5-pièces, entre 163 000 et 422 500 €.



Service

Prenez rendez-vous avec un diagnostiqueur