L'immobilier neuf suit le mouvement

De ce dynamisme, de cette politique de grands travaux et d'embellissement, le marché immobilier ne pouvait que tirer parti. Ces dernières années, de nombreux logements y ont été construits à l'initiative de promoteurs locaux ou extérieurs à la région. "En 4 ans, nous avons autorisé la construction d'environ 1 000 logements, précise Hélène Serain, maire adjointe à l'urbanisme de Valence. Les aménagements, entrepris depuis 1995 par la nouvelle municipalité, ont encouragé le retour des investisseurs." Comme partout, la loi Robien a contribué à cette situation, offrant aux investisseurs des opportunités d'achat à des prix relativement attractifs face à ceux pratiqués dans des grandes villes comme Lyon ou Marseille où les valeurs ont littéralement explosé ces dernières années. Du coup, sur les programmes neufs, il n'était pas rare, jusqu'à récemment, de voir 50 % des logements achetés par des investisseurs extérieurs à la ville. "La mairie mène une politique forte de développement de l'emploi tertiaire, ce qui entraîne des besoins en logements, ce que nous avons compris et anticipé", note Jean-Christophe Pou, directeur commercial du groupe Carrère, un promoteur toulousain qui construit un peu partout en France. Un élément qui a évidemment fait monter les prix depuis quelques années. Aujourd'hui, difficile d'acheter un logement neuf à moins de 2 000 e/m2. Et encore, pas dans le centre-ville. Car là, les prix peuvent atteindre, voire dépasser 3 000 e/m2. "Valence attire du monde, s'exclame Hélène Serain, le TGV et la nouvelle gare n'y sont pas étrangers, ce qui a fait flamber les prix en quelques années." Il est vrai que l'on rencontre ici une clientèle non négligeable de Parisiens, de Lyonnais, de Grenoblois qui investissent souvent en vue de la retraite. Pour autant, comme partout, le marché ralentit.

L'immobilier neuf suit le mouvement
L'immobilier neuf suit le mouvement

 


"Le marché valentinois était sous-exploité, analyse Philippe Charrin, de L'Immobilière de la Vallée du Rhône (groupe Crédit Immobilier de France) qui devrait très prochainement être rebaptisé Pierre et Territoire de France. Mais aujourd'hui, ce marché est en passe d'être surexploité." Si la production se situe en moyenne autour de 200 logements par an sur l'agglomération, les investisseurs sont moins présents, les primo-accédants également en raison des prix. "Sur l'ensemble de nos programmes, nous arrivons à avoir 25 à 30 % d'investisseurs, indique Philippe Charrin. Le reste étant constitué d'accédants, dont 40 à 50 % de jeunes primo-accédants qui achètent de petites surfaces pour démarrer dans la vie." Les familles, elles, partent à l'extérieur pour faire construire.


 


Une offre diversifiée. Si les programmes ne sont pas très nombreux, ils semblent, pour l'heure, suffire à la demande. Dans Valence même, 3 programmes doivent retenir l'attention. Le premier se situe rue du Refuge, au pied du canal des Moulins - les canaux sont nombreux à Valence - et se nomme Côté Square. Il s'agit d'une petite réalisation signée L'Immobilière de la Vallée du Rhône qui comporte 35 appartements. Mais il faut faire vite car ce programme arrive en fin de commercialisation. Un autre petit ensemble signé du même promoteur offre davantage d'opportunités. Baptisé Villa Mirabel, il dispose encore d'une dizaine d'appartements aux prestations soignées : volumes spacieux, larges terrasses, garage en sous-sol, vidéophone… A quels prix ? "Ils s'établissent entre 2 100 et 2 500 r/m2 en moyenne, sauf pour les appartements des derniers niveaux qui sont généralement plus chers", précise Philippe Charrin. Mais le promoteur devrait bientôt proposer une autre petite réalisation avenue Maurice-Faure, artère chic de la ville, où les prix devraient osciller entre 2 700 et 2 900 e/m2. Autre programme qui mérite le détour, celui du groupe Carrère situé avenue Victor-Hugo, tout près de la mairie. Les Terrasses de Welia offrent 195 logements, dont 90 ont déjà été vendus à des investisseurs. Le reste est destiné à l'accession à la propriété. Sur ce programme, un 2-pièces de 38 m2 coûte entre 100 000 et 102 000 e ; un 3-pièces de 63 à 65 m2, 160 000 e. A l'extérieur de la ville, d'autres opérations sont actuellement menées. A Romans, Carrère est également présent, tandis qu'à Montélimar, Saint-Jean Immobilier offre aux amateurs de maisons l'opportunité d'acquérir des 3 et 4-pièces, respectivement de 61 à 76 m2,à des prix qui démarrent de 175 000 e pour les plus petites à 226 000 e pour les plus grandes. Réalisé sur un terrain d'une superficie de 7 000m2, entièrement clos avec piscine et pool house, Le Clos de Dieulefit - c'est le nom du programme - compte 26 maisons implantées légèrement en décalé les unes des autres pour respecter l'intimité de chacun.


 


 

Service

Prenez rendez-vous avec un diagnostiqueur