L’emplacement, c’est le placement

Les professionnels de l’immobilier ont coutume de dire que la déduction fiscale doit être la cerise sur le gâteau. Seuls l’emplacement et l’existence d’un marché locatif local doivent guider votre choix. Inutile d’aller investir dans un logement étudiant si la ville ne compte ni classe prépa et ni la moindre faculté. De même, acquérir un appartement dans une région où le mode de vie repose davantage sur les pavillons, revient à prendre des risques inutiles. Visez plutôt le calme et la présence de commerces pour des locataires plus âgés. La proximité des écoles et des transports est primordiale si vous vous orientez vers des locataires type “famille” ou “étudiants”. Pour vous faire une idée de la réelle “proximité”, un détour sur place s’impose. Vous pourrez alors évaluer le temps de trajet entre votre bien et les transports et/ou l’école. Vous profiterez également de votre visite sur place pour faire le tour des agences immobilières du quartier. “Cette enquête de terrain est primordiale car elle permet de valider la réalité de la demande locative et les prix du marché”, insiste Christine Vassal-Largy de Thésaurus. Rien de pire pour ruiner une rentabilité locative que des loyers surestimés par le vendeur et qui au final s’avèrent très en dessous de la réalité du terrain. Profitez-en aussi pour savoir si d’autres programmes vont prochainement sortir de terre. “Il suffit qu’un maire signale un manque de logements dans sa commune pour que deux projets sortent en même temps. Dans les petites villes, deux projets simultanés risquent de rapidement saturer le marché. Au final,ce qui se présentait comme un bon investissement peut se transformer en échec”, souligne Stéphane Cremades de l’Institut du patrimoine.

L’emplacement, c’est le placement
L’emplacement, c’est le placement

Les professionnels de l’immobilier ont coutume de dire que la déduction fiscale doit être la cerise sur le gâteau. Seuls l’emplacement et l’existence d’un marché locatif local doivent guider votre choix. Inutile d’aller investir dans un logement étudiant si la ville ne compte ni classe prépa et ni la moindre faculté. De même, acquérir un appartement dans une région où le mode de vie repose davantage sur les pavillons, revient à prendre des risques inutiles. Visez plutôt le calme et la présence de commerces pour des locataires plus âgés. La proximité des écoles et des transports est primordiale si vous vous orientez vers des locataires type “famille” ou “étudiants”. Pour vous faire une idée de la réelle “proximité”, un détour sur place s’impose. Vous pourrez alors évaluer le temps de trajet entre votre bien et les transports et/ou l’école. Vous profiterez également de votre visite sur place pour faire le tour des agences immobilières du quartier. “Cette enquête de terrain est primordiale car elle permet de valider la réalité de la demande locative et les prix du marché”, insiste Christine Vassal-Largy de Thésaurus. Rien de pire pour ruiner une rentabilité locative que des loyers surestimés par le vendeur et qui au final s’avèrent très en dessous de la réalité du terrain. Profitez-en aussi pour savoir si d’autres programmes vont prochainement sortir de terre. “Il suffit qu’un maire signale un manque de logements dans sa commune pour que deux projets sortent en même temps. Dans les petites villes, deux projets simultanés risquent de rapidement saturer le marché. Au final,ce qui se présentait comme un bon investissement peut se transformer en échec”, souligne Stéphane Cremades de l’Institut du patrimoine.


 

Service

Prenez rendez-vous avec un diagnostiqueur