L’effet “primo-accédant”

En ce moment, les "primo" tirent le marché. Tant les primo-accédants, alléchés par l'ascenseur social de la propriété, que les quadras et les quinquas à la recherche d'un premier investissement immobilier, gage de sécurité pour leurs vieux jours. "Les opérations à 3 000 e/m2 sont très demandées", observe le directeur général adjoint de Promogim Jean-François Moreau. Le promoteur a sélectionné des sites au foncier abordable à la lisière des Yvelines. A Limay, une petite commune proche de Mantes, il démarre les travaux d'une résidence de 31 appartements vendus en majorité à des primoaccédants de la ville. A Rosny-sur-Seine, près de l'autoroute de l'Ouest, mais avant le péage, il lance une opération mixte de 52 appartements et de 50 maisons à une centaine de mètres de la gare. "Une proximité du train qui s'apparente à un luxe en périphérie", souligne- t-il. Mantes-la-Ville l'a aussi séduit puisqu'elle lui permet de sortir un programme dans les 2 900/3 000 e/m2. Mantes-la-Jolie, elle, a été retenue par Hermitage Immobilier qui va commencer les travaux de 19 000m2 dans le quartier des Bords de Seine.

L’effet “primo-accédant”
L’effet “primo-accédant”

Emin Iskenderov, le président du groupe, rappelle une loi bien connue de l'immobilier : l'emplacement est la clé d'un programme. "Notre projet obtient des performances satisfaisantes parce qu'il se situe sur un très beau terrain, en bordure du fleuve", argumente-t-il. Et d'ajouter : "Globalement le marché ne se porte pas mal. S'il enregistre un ralentissement, c'est à la suite de la crise américaine.Les banques sont plus regardantes sur les financements qu'elles accordent. Reconnaissons que beaucoup de produits pour investisseurs étaient surcotés.Dorénavant le marché retourne à la normale et les promoteurs se montrent sélectifs".


Zones ANRU, sites en vue.


Nos "primo" ont aussi flairé le potentiel des "quartiers en devenir" comme les appellent les promoteurs, c'est-à-dire les zones ANRU financées par l'Agence nationale pour la rénovation urbaine (ANRU). Ces secteurs procurent des taux d'écoulement extraordinaires dans la mesure où les programmes sont cédés avec une TVA à 5,5 % (sous conditions de ressources) et que l'environnement mute à grand renfort d'euros publics. "Les acquéreurs trouvent la possibilité d'une plus-value à court terme,dans les cinq ans,sinon ils continueraient à regarder passer le train des augmentations de prix et de la hausse des taux", assure Jean-François Moreau. A Mantes-la- Jolie, Constructa Propria a démarré la commercialisation d'un tel produit en novembre. L'emplacement s'avère judicieux : à quelques pas, le pôle nautique guette sa première pierre, imminente, pour une mise en service en 2009. Emblème du renouveau du Mantois, ce grand équipement aux quatre bassins pourra recevoir 240 000 visiteurs par an. A Chanteloup-les-Vignes, une commune qui a remonté la pente en développant son économie locale, le 3-pièces d'Expantiel démarre à 150 000 e. Egalement en zone ANRU. A Colombes, à proximité de La Défense en pleine relance, Interconstruction sort un programme dans un domaine privé, avec possibilités aussi de TVA à 5,5 %. A l'échelon national, 530 quartiers auront été ainsi restructurés en 2013 pour le bonheur de leurs quatre millions d'habitants et des nouveaux propriétaires.


Service

Prenez rendez-vous avec un diagnostiqueur