1. Accueil
  2. Conseils
  3. Actualité
  4. L’AVIS DE STÉPHANIE BARTHOLMÉ Directrice des ventes de la région Est chez Promogim

L’AVIS DE STÉPHANIE BARTHOLMÉ Directrice des ventes de la région Est chez Promogim

Indicateur Bertrand : Comment ressentez-vous le marché du neuf dans l'Est ?

L’AVIS DE STÉPHANIE BARTHOLMÉ Directrice des ventes de la région Est chez Promogim
L’AVIS DE STÉPHANIE BARTHOLMÉ Directrice des ventes de la région Est chez Promogim

Stéphanie Bartholmé : Sur le Haut-Rhin et le Bas-Rhin, la tendance est relativement calme. A Strasbourg, ce phénomène s'explique par des prix déjà élevés, jusqu'à 3 600 e/m2 dans le neuf, ce qui nécessite un budget important pour un appartement spacieux. Dans le centre-ville, il y a peu de foncier disponible. Donc un programme dans un quartier tel l'Orangerie, trouvera logiquement preneur même à des tarifs élevés. Les plus petits budgets ont tendance à se rabattre sur des villes limitrophes appartenant à la communauté urbaine comme Schiltigheim ou Bischeim, voire d'autres dans un rayon de 10 km. Les gens ont envie de s'expatrier un peu pour cumuler les avantages de la ville avec son offre culturelle importante, son activité économique et la tranquillité d'un cadre de vie plus retiré. Avec bien sûr quelques mètres carrés de plus pour un budget équivalent. Dans cet environnement urbain ou péri-urbain, on retrouve une clientèle de primo-accédants ou de "seconds propriétaires" désireux de trouver davantage d'espace et de confort. Plus l'on s'éloigne en rase campagne, plus la clientèle est composée d'une majorité de retraités. Donc, je constate que pour le moment, l'effet TGV concerne surtout une ville comme Colmar, dans laquelle beaucoup de Parisiens investissent en résidence secondaire ou pour louer. Les prix y sont attractifs et la commune connaît une grosse expansion touristique car elle se situe sur la route des vins. Mais à terme, je crois beaucoup à l'effet TGV sur l'ensemble de la région.


Service

Prenez rendez-vous avec un diagnostiqueur