1. Accueil
  2. Conseils
  3. Actualité
  4. L’AVIS DE RONAN LE DÉLÉZIR Maître de conférences en aménagement du territoire à l’Université Bretagne-Sud

L’AVIS DE RONAN LE DÉLÉZIR Maître de conférences en aménagement du territoire à l’Université Bretagne-Sud

Ronan Le Délézir : Le paysage du Morbihan s’est transformé. La ville a gagné du terrain autour de Vannes. Elle s’est développée le long des axes. On a vu de nombreux lotissements sortir de terre, construits sur des modèles assez pauvres, sans réelle réflexion en termes d’architecture et d’urbanisme, mais qui ont répondu à la demande pressante des jeunes ménages. Avec la banalisation des transports (le trajet domicile-travail atteint 30 minutes en moyenne dans le département), la hausse des prix du foncier (multipliés par deux en dix ans) et la conjoncture économique, les petites communes ont dû (et doivent encore) absorber l’essentiel de cette croissance démographique. Cela représente des investissements lourds en termes de services et d’assainissement, notamment.

L’AVIS DE RONAN LE DÉLÉZIR Maître de conférences en aménagement du territoire à l’Université Bretagne-Sud
L’AVIS DE RONAN LE DÉLÉZIR Maître de conférences en aménagement du territoire à l’Université Bretagne-Sud

Aujourd’hui, certaines veulent marquer une pause et ne délivrent plus de nouveaux permis de construire. Le mouvement continue néanmoins : l’arrière-pays rajeunit, tandis que le littoral est vieillissant. Les écarts de prix entre les petits bourgs du nord du département et le littoral entraînent une ségrégation sociale et générationnelle : aux “territoires du Nord”, les services à la petite enfance et les écoles ; aux territoires littoraux, les maisons de retraite et les résidences secondaires. Implacable logique de marché, qui conduit des jeunes ménages et les populations précarisées à s’éloigner des lieux d’emploi. Cette logique fragilise les individus et les équilibres. D’après les différentes projections effectuées par l’Insee, le Morbihan, qui comptait 675 000 habitants en 2004, devrait en totaliser 180 000 à 240 000 de plus d’ici à 2015. Au-delà de la seule maîtrise de l’étalement urbain, l’explosion des mobilités exige de la part des acteurs publics l’invention de nouvelles approches et de nouvelles pratiques, pour prendre en compte les articulations toujours plus complexes entre les territoires.


Service

Prenez rendez-vous avec un diagnostiqueur