1. Accueil
  2. Conseils
  3. Actualité
  4. L'AVIS DE PATRICE HAUBOIS, Responsable du département Offres aux particuliers, Crédit Foncier

L'AVIS DE PATRICE HAUBOIS, Responsable du département Offres aux particuliers, Crédit Foncier

Sélectionner son bien avec soin, puis optimiser son investissement.

Patrice Haubois : Les règles pour choisir son investissement n'ont pas vraiment changé entre l'avant et l'après Scellier. Le seul avantage depuis les excès du Robien, c'est que les gens regardent sans doute un peu plus avant d'investir. Mais le talon d'Achille des investisseurs, c'est la défiscalisation, qui les attire au point d'oublier tout raisonnement logique en immobilier. Or, un bon investissement commence par le fait de se poser les bonnes questions, dans l'ordre : où j'investis, quelle trésorerie je peux y consacrer, en comptant l'épargne forcée qui inclut les charges et les frais, et enfin quelle fiscalité peut s'adapter à mon projet, mais cela reste la cerise sur le gâteau. Car bien acheter signifie trouver le bon produit au bon endroit, et la fiscalité n'entre en rien dans cette équation. C'est pourquoi il faut passer du temps pour choisir son investissement, en privilégiant la localisation, un bon bassin d'emploi, sans négliger de passer quelques coups de fil aux agences, pour connaître les besoins du marché local. Une fois le bien idéal sélectionné, on peut alors s'intéresser à la fiscalité et au montage financier du projet. La loi Scellier permet en effet le cumul avec un prêt locatif social, le PLS.
C'est le moment d'y penser, car l'État y alloue cette année une importante enveloppe d'un milliard d'euros, destinée aux investisseurs privés. Il faut se faire accompagner par son promoteur et s'engager à louer le bien pendant quinze ans, à des loyers légèrement inférieurs au plafond du Scellier intermédiaire.
Mais les avantages sont nombreux : les intérêts du prêt sont indexés sur le livret A, soit 3,07 %, la TVA est à 5,5 % et le propriétaire est exonéré de taxes foncières pendant quinze ans. Le dispositif aide ainsi des personnes à se loger, tout en rassurant les investisseurs, car les plafonds de revenus des locataires restent assez larges.

L'AVIS DE PATRICE HAUBOIS, Responsable du département Offres aux particuliers, Crédit Foncier
L'AVIS DE PATRICE HAUBOIS, Responsable du département Offres aux particuliers, Crédit Foncier

Sélectionner son bien avec soin, puis optimiser son investissement.



Patrice Haubois : Les règles pour choisir son investissement n'ont pas vraiment changé entre l'avant et l'après Scellier. Le seul avantage depuis les excès du Robien, c'est que les gens regardent sans doute un peu plus avant d'investir. Mais le talon d'Achille des investisseurs, c'est la défiscalisation, qui les attire au point d'oublier tout raisonnement logique en immobilier. Or, un bon investissement commence par le fait de se poser les bonnes questions, dans l'ordre : où j'investis, quelle trésorerie je peux y consacrer, en comptant l'épargne forcée qui inclut les charges et les frais, et enfin quelle fiscalité peut s'adapter à mon projet, mais cela reste la cerise sur le gâteau. Car bien acheter signifie trouver le bon produit au bon endroit, et la fiscalité n'entre en rien dans cette équation. C'est pourquoi il faut passer du temps pour choisir son investissement, en privilégiant la localisation, un bon bassin d'emploi, sans négliger de passer quelques coups de fil aux agences, pour connaître les besoins du marché local. Une fois le bien idéal sélectionné, on peut alors s'intéresser à la fiscalité et au montage financier du projet. La loi Scellier permet en effet le cumul avec un prêt locatif social, le PLS.


C'est le moment d'y penser, car l'État y alloue cette année une importante enveloppe d'un milliard d'euros, destinée aux investisseurs privés. Il faut se faire accompagner par son promoteur et s'engager à louer le bien pendant quinze ans, à des loyers légèrement inférieurs au plafond du Scellier intermédiaire.


Mais les avantages sont nombreux : les intérêts du prêt sont indexés sur le livret A, soit 3,07 %, la TVA est à 5,5 % et le propriétaire est exonéré de taxes foncières pendant quinze ans. Le dispositif aide ainsi des personnes à se loger, tout en rassurant les investisseurs, car les plafonds de revenus des locataires restent assez larges.

Service

Prenez rendez-vous avec un diagnostiqueur