1. Accueil
  2. Conseils
  3. Actualité
  4. L’AVIS DE JÉRÔME BIGNON, Président du Conservatoire national du littoral

L’AVIS DE JÉRÔME BIGNON, Président du Conservatoire national du littoral

Président du Conservatoire national du littoral

L’AVIS DE JÉRÔME BIGNON, Président du Conservatoire national du littoral
L’AVIS DE JÉRÔME BIGNON, Président du Conservatoire national du littoral

Indicateur Bertrand : L’action du Conservatoire est-elle contraire à l’urbanisation des zones littorales ?


Jérôme Bignon : D’abord, trop de communes nous confondent avec la Loi Littoral : cette loi est un cadre posant des contraintes sur la côte en matière d’urbanisation, tandis que nous sommes un outil de protection de terrains fragiles ou menacés. Si le Conservatoire est considéré comme un empêcheur de tourner en rond, c’est qu’il remplit bien sa mission ! Il n’a pas été créé pour provoquer une hausse des prix sur le foncier : les terrains acquis sont destinés à tout le monde et sont fréquentés chaque année par 30 millions de visiteurs. Ces terrains ne sont pas constructibles, et la gestion en est confiée à tout type d’acteur : associations, syndicats de communes, agriculteurs.


Depuis quelques années, le Conservatoire du littoral monte en puissance. Il est présent sur 113 000 ha répartis sur 600 sites différents, et dispose de moyens juridiques et financiers pour mener à bien sa mission. Nous observons une certaine appétence pour les zones littorales, qui se matérialise souvent par l’acquisition de résidences secondaires. Je comprends parfaitement la problématique des maires en matière d’urbanisme, mais la densification de l’existant ou la gestion frugale du foncier deviennent une priorité. L’esprit du Grenelle de l’Environnement nous y invite. Le Conservatoire a ainsi beaucoup agi sur le trait de côte. Le regard que l’on porte actuellement sur la mer nous oblige à élargir le champ d’action, à épaissir ce trait de côte sur des zones qui, éventuellement, auraient pu avoir un intérêt en terme d’urbanisation. Pour autant, j’invite les élus des communes littorales à avoir une vision plus positive et plus dynamique de leur rôle, car la Loi Littoral n’est pas aussi rigide qu’on peut souvent le croire.









Service

Prenez rendez-vous avec un diagnostiqueur