1. Accueil
  2. Conseils
  3. Actualité
  4. L’AVIS DE JEAN-FRANÇOIS GABILLA - Président de la Fédération des promoteurs-constructeurs de France

L’AVIS DE JEAN-FRANÇOIS GABILLA - Président de la Fédération des promoteurs-constructeurs de France

“Il m’est difficile de faire un tour de France des villes porteuses en terme d’investissement locatif pour la simple et bonne raison que toutes les agglomérations recèlent, à un moment ou un autre, de bonnes opportunités. Il n’y a pas de mauvais endroits définitifs. Tout dépend de la politique et de l’attractivité de chaque collectivité locale.

L’AVIS DE JEAN-FRANÇOIS GABILLA - Président de la Fédération des promoteurs-constructeurs de France
L’AVIS DE JEAN-FRANÇOIS GABILLA - Président de la Fédération des promoteurs-constructeurs de France

Avant de se lancer, un investisseur doit tout de même prendre un certain nombre de précautions. D’abord s’assurer de la croissance démographique de la ville visée, notamment en terme de nombre de ménages. Sur une commune qui perd régulièrement des habitants, cela signifie que la tension sur le marché locatif sera relativement molle. Ensuite, l’investisseur doit essayer d’anticiper l’offre future, par exemple en vérifiant le nombre de permis construire délivrés par la commune. Si, dans une ville moyenne, il s’avère que dans les 18 mois à venir, 500 à 600 logements s’apprêtent à sortir de terre, il y a évidemment un risque de sur-offre locative.


Troisième précaution à prendre : croiser les informations fournies par les commercialisateurs avec des informations recueillis auprès des professionnels locaux, surtout si on n’habite pas la ville concernée. Il est par exemple opportun de se faire confirmer par des agences immobilières locales, les loyers pratiqués et les prix de vente des biens neufs et anciens dans le quartier visé. Enfin, une fois la décision d’investir prise, il n’est pas forcément inutile de se rendre sur place pour sentir le quartier, la ville. Le coût du déplacement peut parfois éviter de perdre gros. Il ne faut pas non plus tout faire reposer sur les épaules d’un gestionnaire, qui nous le rappelons, n’a qu’un mandat circonscrit dans le temps.


Une chose est sûre, plus la demande locative est importante, plus le risque d’investir est faible. Revers de la médaille, là où le marché est important, les prix d’achat sont souvent élevés et donc la rentabilité moindre. Toutefois, il faut aussi miser sur un espoir de plus value et ne pas uniquement réfléchir par rapport aux loyers.”

Service

Prenez rendez-vous avec un diagnostiqueur