L'AVIS DE JEAN-CLAUDE MATHIAS - Président du Cecim

Indicateur Bertrand : La région lyonnaise a toujours fait l'objet d'une forte demande. Est-ce encore le cas ?

L'AVIS DE JEAN-CLAUDE MATHIAS - Président du Cecim
L'AVIS DE JEAN-CLAUDE MATHIAS - Président du Cecim

Jean-Claude Mathias : La demande est restée forte au premier semestre 2008, comme en témoigne la progression des réservations brutes en droite ligne avec les années précédentes.


Par contre, la baisse des réservations nettes révélait un taux de chute très élevé des dossiers sollicitant un financement. Les désistements ont été du même ordre sur les programmes en TVA à 5,5 % que sur les produits à plus de 4 000 €/m2.


Toutes les catégories de clientèle ont été impactées par la crise financière. Mais, à partir de septembre, la demande a décru par crainte du chômage et des perspectives économiques.


Les annulations ont encore progressé.


I. B. : Comment percevez-vous l'avenir proche ?


J.-C. M. : Nous manquons de produits à 3 000€/m2 et au-dessous, qui représentent près de 50 % des ventes. Il sera vraiment nécessaire d'alimenter ce segment à l'avenir.


En 2009, davantage de programmes pourraient être décalés et l'étalement des mises en vente deviendrait plus important que l'an dernier.


Mais il n'y a pas de crainte à avoir, car nous disposons de 15 à 16 mois d'offre. Cette pause peut être salutaire, parce qu'elle entraînera pouvoirs publics et opérateurs à s'interroger sur la validité de certains programmes et à tirer la production vers le plus gros bataillon d'acheteurs potentiels. Si la crise s'affirmait très fortement, ce serait préjudiciable car le bâtiment est responsable d'un point de croissance en France. Les besoins de logements demeurent très élevés. Sans production nouvelle, donc sans offre locative intermédiaire supplémentaire, les nouveaux arrivants sur le marché ne trouveraient plus à se loger. En ce moment, sur l'agglomération, tout ce qui est à louer est loué !


* Observatoire de l'immobilier de l'agglomération lyonnaise


Service

Prenez rendez-vous avec un diagnostiqueur