L’AVIS DE FRANCK LEVY - Directeur commercial d’ACE

Indicateur Bertrand : Quelle est la formule préférée par les banques ?

L’AVIS DE FRANCK LEVY - Directeur commercial d’ACE
L’AVIS DE FRANCK LEVY - Directeur commercial d’ACE

Franck Levy : On ne voit pas beaucoup de crédit relais “sec”, car les banques considèrent que c’est avant tout un service qu’elles rendent à une clientèle fidèle. Ce prêt n’est pas rentable pour elles. Pour ce qui concerne les prêts relais jumelés, nous ne pouvons que constater qu'elles sont plus prudentes aujourd’hui et ont tendance à diminuer leur montant. Sur un dossier solide, elles n’hésitent pas à proposer 80 % de la valeur du mandat confié à l’agent immobilier, mais sur un dossier plus tendu, elles ne vont pas au-delà de 65 % de cette valeur. Et elles vérifient que le prix suit une logique. L’emplacement et la qualité du bien sont dans ce cas très importants. S’il se situe dans un bon quartier de Paris, elles savent qu’il se vendra facilement. Toutefois, s’il est en rase campagne, ce ne sera pas la même chose. Il y a quelques années, les banques savaient que tout se vendait en quelques semaines. Mais aujourd’hui, les délais de vente se sont allongés et les banques ne prennent plus de risques, même si elles ne prévoient pas un retournement du marché. Elles prennent d’autant plus de précautions qu’elles ne font généralement pas d’expertise du bien. Il n’y a que les établissements spécialisés qui s’appuient sur une expertise de ce type. Quant aux formules globales, c’est une technique qui permet de faire entrer les acquéreurs dans les limites de solvabilité, ce qui n’est pas évident avec deux crédits. Cette solution est intéressante pour ceux qui achètent en Vefa et qui n’entreront dans leur logement que dans un an par exemple.

Service

Prenez rendez-vous avec un diagnostiqueur