L’avenir de l’immobilier neuf à Lyon

I.B. : Comment entrevoyez-vous les perspectives du marché lyonnais ?

L’avenir de l’immobilier neuf à Lyon
L’avenir de l’immobilier neuf à Lyon

Philippe Papik Sur le secteur de la maison, la valeur du produit se basera de plus en plus sur le pouvoir isolant et l’imperméabilité à l’air, et plus forcément sur le seul emplacement. Je reste serein pour l’avenir, car depuis maintenant cinq ans, nous avons une réelle avance en matière de développement durable. La mutation sera plus observable en matière de mode constructif, avec la nécessité de vendre plus de confort dans les logements tout en maîtrisant les coûts et en réduisant les délais de livraison. Désormais reconnus pour notre savoir-faire, nous sommes sollicités pour des concours sur les communes du Grand Lyon. En effet, pour être cohérents avec les critères constructifs que nous appliquons à nos réalisations, nous allons éviter de trop nous éloigner de la couronne lyonnaise. Avec Les Hauts de Feuilly, nous lançons ainsi à Saint-Priest l’un des premiers programmes français de maisons passives réalisé par un promoteur privé, confirmant notre rôle d’acteur essentiel en matière de développement durable sur la région lyonnaise.


Dominique de SauzaNous avons la chance d’être dans une région très porteuse en raison de ses atouts économiques. Le marché va se maintenir, même s’il connaîtra peut-être une légère baisse. Nous allons revenir à des méthodes de vente plus traditionnelles, avec des produits qui le seront moins. Nous allons lancer des programmes, au minimum labellisés Haute ou Très Haute Performance énergétique (HPE® ou THPE®). Deux programmes de ce type et à coûts abordables sont prévus sur l’agglomération, à Grigny et Saint-Génis-Laval.


Philippe Petrequin Au regard de notre activité, nous sommes peu exposés à la vente en accession directe et nous restons confiants et à l’écoute des évolutions qui devraient découler du Grenelle de l’Environnement. Parmi les opérations que nous allons lancer, celle de la Zac Saint-Clair à Caluire, caractérisée par un positionnement résolument HQE®, est très emblématique. Elle comprend une résidence de tourisme de 154 appartements, une résidence pour étudiants de 156 chambres ainsi que des logements traditionnels et d’autres à caractère social pour 42 appartements au total.


Benoît Tracol L’accession sociale à la propriété ne peut exister sans une volonté politique forte, capable de produire un foncier à un coût quasiment nul dans des Zac et de le prévoir dans un Plan Local d’Habitat. Il faut généraliser l’application d’un taux de TVA à 5,5 % et affiner l’ingénierie des opérations ainsi que le financement de nos acquéreurs. Par ailleurs, le démembrement entre foncier et bâti est nécessaire si l’on veut augmenter le nombre de propriétaires.


Georges Lini Nous sommes très présents sur le marché lyonnais et sa périphérie, avec une douzaine d’opérations en cours. Lyon Islands, notre réalisation- phare qui s’inscrit au coeur du quartier de La Confluence, a ouvert dès 2006 la voie de la Haute Qualité Environnementale, puisque cette opération répond aux 14 cibles imposées par la Démarche HQE®. Nos projets sont conçus pour offrir le meilleur équilibre entre deux grands enjeux actuels : le développement durable, dans lequel Bouwfonds Marignan s’est engagé en devenant le premier promoteur national certifié NF Logement Démarche HQE®, et le maintien du pouvoir d’achat, avec une volonté de garder la maîtrise des coûts techniques et des prix.


Jean-Pierre Maguet Nous avons découvert un nouveau métier en 2007 : celui de l’accession sociale. Nous poursuivons cette tendance en 2008, avec le marché de la TVA à 5,5 %. Ainsi, nous sommes présents à Vaulx-en-Velin avec une opération à 2 350 e/m2, mais aussi un lancement dans le village de Vaulx. Nous réalisons également des opérations haut de gamme, par exemple à Caluire, à 4 000 e/m2 ; et nous allons lancer prochainement, dans le village de Montchat (Lyon 3e), un programme haut de gamme comportant des appartements ainsi que des maisons avec patio.


Eric Abel-Coindoz La conjoncture est plutôt saine, même si au cours des derniers mois, nous avons observé de nombreuses mises en commercialisation d’opérations. De toute façon, l’environnement actuel du marché nous oblige à revenir vers les fondamentaux de notre métier. Il faut bien prendre conscience que certaines approches vont changer au cours des prochaines années : bientôt, nous mesurerons la valeur du bien à sa consommation. C’est déjà le cas dans le secteur tertiaire, où la qualité de la performance énergétique de l’enveloppe est incontournable. Constructa Promotion est présent cette année sur l’ensemble de la région Rhône-Alpes, notamment avec des opérations dans le centre-ville de Montélimar, Saint-Étienne, Clermont-Ferrand.


Fabrice Hoolbecq La région, l’agglomération lyonnaise et la ville-centre restent très dynamiques. Nous nous trouvons dans un contexte régional où le développement du secteur tertiaire, la faiblesse du chômage, l’activité économique constituent autant de clignotants favorables au développement du marché de la promotion neuve. Par ailleurs, je crois beaucoup au développement de villes telles que SaintÉtienne, mais aussi d’agglomérations moyennes qui bénéficient de l’influence du Grand Lyon. Il est certes possible qu’en 2008, à la fois au niveau national mais aussi régional, la production soit inférieure à celle de 2007. Dans les secteurs à sur-offre, les opérateurs vont reporter leur lancement de quelques mois, permettant ainsi au marché de se réguler et de se stabiliser. Notre développement passe par l’Est, à condition d’en maîtriser les prix, essentiellement via le foncier. Nous lancerons des opérations sur la Zac Renault Trucks, à Saint-Priest, et sur une superficie de près de 100 ha dans les quartiers de la Cité Berliet et de Revaison. Nous réaliserons 1 200 logements sur plusieurs années, ainsi que 120 000 m2 de surfaces d’activité le long du boulevard urbain.




Service

Prenez rendez-vous avec un diagnostiqueur