Investisseurs immobiliers en recul ?

Les opérateurs observent depuis quelques mois sinon un retrait des investisseurs, en tout cas un attentisme :"Si le constat est juste, il importe d'être prudent sur les causes, souligne Christine Carniel, directrice commerciale régional de Bouwfonds Marignan. Si la bourse devient plus incertaine et que de nouvelles lois en matière de défiscalisation voient le jour, cette tendance peut s'inverser". Longtemps, la part des investisseurs a été majoritaire sur ce territoire de Haute- Garonne :"Le marché a tendance à se réguler et ce mécanisme se traduit par une baisse de la part des investisseurs", explique Daniel Mari, chef de produit chez Cogedim. Pourtant, si l'investisseur de réseaux est plus frileux, il n'en va pas de même des investisseurs locaux qui semblent porter une confiance sereine à leur territoire. C'est en tout cas l'analyse de Jean-Baptiste Guieu, gérant de l'agence toulousaine de la Sagec : "L'investisseur de proximité n'a pas disparu, loin de là. Celui que l'on voit moins, c'est l'investisseur qui venait via des réseaux extérieurs de commercialisation et qui achetait de l'immobilier au même titre qu'un placement quelconque.La raison est simple : l'investisseur local est suffisamment à l'aise avec le marché pour confirmer sa démarche d'acquisition à but locatif. C'est la preuve que le marché arrive à maturité".

Investisseurs immobiliers en recul ?
Investisseurs immobiliers en recul ?

Les opérateurs observent depuis quelques mois sinon un retrait des investisseurs, en tout cas un attentisme :"Si le constat est juste, il importe d'être prudent sur les causes, souligne Christine Carniel, directrice commerciale régional de Bouwfonds Marignan. Si la bourse devient plus incertaine et que de nouvelles lois en matière de défiscalisation voient le jour, cette tendance peut s'inverser". Longtemps, la part des investisseurs a été majoritaire sur ce territoire de Haute- Garonne :"Le marché a tendance à se réguler et ce mécanisme se traduit par une baisse de la part des investisseurs", explique Daniel Mari, chef de produit chez Cogedim. Pourtant, si l'investisseur de réseaux est plus frileux, il n'en va pas de même des investisseurs locaux qui semblent porter une confiance sereine à leur territoire. C'est en tout cas l'analyse de Jean-Baptiste Guieu, gérant de l'agence toulousaine de la Sagec : "L'investisseur de proximité n'a pas disparu, loin de là. Celui que l'on voit moins, c'est l'investisseur qui venait via des réseaux extérieurs de commercialisation et qui achetait de l'immobilier au même titre qu'un placement quelconque.La raison est simple : l'investisseur local est suffisamment à l'aise avec le marché pour confirmer sa démarche d'acquisition à but locatif. C'est la preuve que le marché arrive à maturité".


 

Service

Prenez rendez-vous avec un diagnostiqueur