Interview de Jacques Masdeu-Arus Député-Maire de Poissy

I.B. : Comment décririez-vous votre ville et son évolution ?

Interview de Jacques Masdeu-Arus Député-Maire de Poissy
Interview de Jacques Masdeu-Arus Député-Maire de Poissy

Jacques Masdeu-Arus : Je dirais tout d'abord que Poissy est une ville très agréable à vivre : cernée par la forêt de Saint-Germain et la Seine, la ville compte 800 ha d'espaces verts sur 1 300 ha au total ! Au sud, nous avons une zone encore agricole et boisée et il faut y ajouter le golf 18 trous. C'est aussi une ville jeune, qui compte des établissements de qualité et de nombreux équipements sportifs. Par ailleurs, Poissy s'est beaucoup transformée ces vingt dernières années. L'évolution de la présence du groupe automobile PSA y est pour beaucoup, puisqu'on est passé d'une usine qui employait 27 000 ouvriers dans les années 70 à 8 000 ouvriers actuellement. L'emploi s'est transformé avec l'arrivée du pôle de direction et de haute technologie du constructeur. 55 000 m2 de bureaux sont actuellement occupés par 3 000 cadres de PSA et un pôle tertiaire devrait accueillir, en début d'année prochaine, 1 000 salariés supplémentaires. Cette évolution a entraîné une transformation sociologique de notre ville. Elle a eu des répercussions sur le type de population, sur les emplois dans la commune et du coup, sur le type d'habitations. Aujourd'hui, nous avons 20 000 emplois dans la ville, essentiellement dans le tertiaire et je me bats pour que les gens qui travaillent à Poissy puissent y habiter. En région parisienne, s'épargner des heures de transport entre logement et travail représente un vrai "plus" en termes de qualité de vie et une économie non négligeable


I.B. : Comment la mairie intervient-elle dans l'urbanisation de la ville et les transformations qu'elle implique ?


J.M.A. : Notre politique est de donner l'impulsion nécessaire, de mettre la machine en route en quelque sorte. En achetant des terrains, la mairie donne un cadre général pour les futures constructions et montre que cela peut fonctionner. Ensuite, le privé fait son travail. Il y a par exemple la Zac du Clos de Noailles, dont nous avons commercialisé les terrains. Mais au-delà, d'autres terrains ont été achetés directement par les promoteurs et l'ensemble fait le développement de Poissy. Comme de nombreuses villes de la région parisienne, nous avons réussi notre reconversion. Après le départ d'industries pour certaines polluantes, le vieux Poissy, ancienne zone industrielle, est le cadre du développement actuel de la ville, avec des nouveaux logements, le développement d'activités tertiaires et l'implantation de commerces. Par ailleurs, nous sommes actuellement en discussion avec le RFF (Réseau Ferré Français) pour récupérer des terrains qui étaient desservis par des voies ferrés et abritaient des hangars qui ne sont plus utilisés aujourd'hui. Nous voudrions faire de ces terrains une zone d'activité artisanale, où les artisans indépendants, qui ne peuvent plus trouver de place en ville à cause du prix des terrains, pourraient s'installer à un coût abordable.


I.B. : Où en est-on de l'aménagement du quartier de Noailles et plus généralement, de l'offre de nouveaux logements ?


J.M.A. : la Zac du Clos de Noailles elle-même représente en tout 400 logements, auxquels vont s'ajouter des commerces de proximité et une plus grande surface. Nous avons souhaité des façades avec des ruptures de ligne, égayées par des couleurs pastelles, avec des terrasses et des balcons, qui changent des blocs carrés monotones. D'autres réalisations viennent s'ajouter à l'ensemble du Clos de Noailles, comme celle du groupe Arc qui enrichit l'offre d'une centaine de logements. Sur l'ensemble de la commune, d'ici la fin 2006, 800 nouveaux logements auront été construits. Poissy souffrait d'une grosse pénurie de logements locatifs ou en accession : cela répond donc à une véritable demande et la grosse majorité de ces programmes immobiliers est déjà vendue.


Service

Prenez rendez-vous avec un diagnostiqueur