Immobilier neuf : les ventes progressent, les prix résistent

Selon une récente étude, les ventes de logements neufs repartent à la hausse. Un redressement dû, non pas à une baisse des prix sur ce secteur, mais plutôt aux mesures de relance annoncées à l’automne dernier, par le Premier ministre.

Immobilier neuf : les ventes progressent, les prix résistent
Immobilier neuf : les ventes progressent, les prix résistent

"Oui, la relance est à notre portée", lance François Payelle, président de la Fédération des promoteurs immobiliers (FPI). L’observatoire de l’organisme note une progression des ventes de biens neufs sur le dernier trimestre 2014 à tous les niveaux. Celles aux investisseurs augmentent de 21,7% par rapport au dernier trimestre 2013. Le marché de l’accession croît de 8.2%. Les ventes aux particuliers grimpent de 14,6% et les transactions en bloc enregistrent une hausse de 11.7% par rapport à 2013.

La vente en détail remonte (+3%) sur l’année 2014 avec 76 580 ventes. Un résultat dû, selon François Payelle, aux mesures annoncées à la fin du mois d’août par le Premier ministre, Manuel Valls : "À l’automne, le plan de relance du gouvernement avait commencé à produire des effets. Beaucoup de promoteurs immobiliers constataient une hausse de la fréquentation de leurs bureaux de vente."

Les investisseurs étaient, selon l’observatoire, au rendez-vous. Leur part progresse de 11.6% en 2014. Sur l’année, 44% des transactions au détail ont été réalisées à leur profit. "Le nouveau dispositif d’investissement locatif Pinel y est pour beaucoup", indique le président de la FPI.

Des prix toujours élevés

Du côté de l’accession à la propriété, la tendance en 2014 est à la baisse (-2.8%) malgré un bon dernier trimestre (+8.2%). Les taux bas (2.32% dans le neuf en moyenne toutes durées confondues) n’ont pas incité les particuliers à acheter davantage : "Ce recul témoigne à la fois de l’inquiétude des accédants face à la conjoncture économique et sociale, de la difficulté de l’accès au crédit et de l’absence, en 2014, de mesures significatives de nature à relancer l’accession", selon François Payelle. Mais ne faut-il pas également prendre en compte le prix des logements ?

Comme le souligne Alexandra François-Cuxac, "les prix de vente restent globalement stables et contenus par la légère baisse des coûts de construction". Ils reculent de 0.1% (3932 euros au m² habitable)  sur l’ensemble du pays par rapport à 2013, avec une hausse de 2.7% pour la seule région Île-de-France (4658 euros au m² habitable contre 4595 euros en 2013).

Car derrière une relative stabilité nationale, de fortes disparités entre les régions voient le jour. En s’intéressant aux prix de vente au détail dans les principales agglomérations du pays, l’observatoire note des hausses allant de +0.1% à 5.8%. Certaines zones accusent de fortes baisses, notamment la communauté d’agglomération du Havre, qui chute de 14.4% en 2014 alors qu’elle s’effondrait déjà en 2013 (-23.2%). (Cliquez ici pour agrandir).

Service

Prenez rendez-vous avec un diagnostiqueur