Ile-de-France : L’émergence de marchés à plusieurs vitesses

Le neuf francilien refait surface depuis le début de l’année, mais les marchés départementaux demeurent plus ou moins dynamiques.

Ile-de-France : L’émergence de marchés à plusieurs vitesses
Ile-de-France : L’émergence de marchés à plusieurs vitesses

Habituellement, le marché neuf enregistre ses meilleurs résultats aux 2e et 4e trimestres. 2015 n’échappe pas à cette constante en notant, d’avril à juin, un rebond des ventes franciliennes de 2 %, selon la Fédération des promoteurs immobiliers. Une progression que la fédération impute à l’accueil favorable réservé par les investisseurs au dispositif Pinel. Ceux-ci ont effectivement pesé pour 43 % dans les achats de biens neufs, au lieu de 27 % au 2e trimestre 2014. Les mises en vente ont, elles, progressé de 30 %. Il s’agit d’une embellie, certes, mais à relativiser car, l’an dernier, les lancements ont été perturbés par les échéances électorales. En raison du changement des équipes municipales, bon nombre de projets urbains ont été revus voire annulés. Qui plus est, les huit départements ne partagent pas le même niveau de retour de croissance. S


elon l’Adil75, l’agence départementale d’information sur le logement, les ventes progressent à Paris, en Seine-et-Marne et surtout dans les Yvelines, mais accusent un repli dans les autres départements, entre – 21 % dans les Hauts-de-Seine et – 42 % en Seine- Saint-Denis, sur un an. Concernant les mises en vente, les territoires les plus productifs sont à nouveau les Yvelines et la Seine-et-Marne, mais aussi la Seine-Saint-Denis, fortement demandeuse de renouvellement urbain. Les perspectives semblent néanmoins assez positives, compte tenu des besoins en logement de la région et de la mise en place progressive du Grand Paris en périphérie. En attendant, les prix ont augmenté dans la majorité des départements : + 3 % en Seine- Saint-Denis, + 2,7 % dans l’Essonne, + 2,6 % dans les Yvelines, + 2 % à Paris et + 0,7 % dans le Val d’Oise. Paris demeure au sommet (10 514 /m2), suivi par les Hauts-de-Seine (6 626 /m2), tandis que l’Essonne (3 735 /m2) et la Seine-et-Marne (3 814 /m2) s’avèrent les plus abordables. Le bonus récurrent de l’éloignement de la capitale…

Service

Prenez rendez-vous avec un diagnostiqueur