Ile-de-France : Focus sur les projets les plus porteurs

Logements neufs, écoquartiers, transports... De grandes opérations d’aménagement sont en cours dans la région francilienne. Décryptage des meilleurs secteurs à suivre pour habiter ou investir.

Ile-de-France : Focus sur les projets les plus porteurs
Ile-de-France : Focus sur les projets les plus porteurs

Le Nouveau Grand Paris, remodelé par le gouvernement, a trouvé son rythme de croisière : chaque trimestre, son comité de pilotage se réunira sous la présidence conjointe de Cécile Duflot, ministre de l’Égalité des territoires et du Logement, et de Frédéric Cuvillier, ministre des Transports. Au programme : la construction du réseau de métro automatique du Grand Paris Express, dont les travaux seront lancés en 2015, et le suivi de la modernisation des lignes existantes. Pour certains secteurs, c’est une manne, notamment autour des futures gares. Pour d’autres, c’est simplement un levier pour parfaire leur mutation.


 


Paris Rive Gauche (XIIIe)


Paris Rive Gauche n’est pas directement concerné par le futur réseau de métro. Pour autant, c’est un territoire à fort potentiel. Son aménagement, réalisé par la Semapa, a été entamé voilà vingt ans. Il faudra encore autant de temps pour le mener à son terme. Ce sont 130 hectares entre la gare d’Austerlitz, la Seine et Ivry, jalonnés de grands équipements, dont la Bibliothèque nationale de France (BnF) et l’université Paris-Diderot. Aucune nouvelle gare du Grand Paris n’est prévue, mais la gare d’Austerlitz sera restructurée pour accueillir le TGV. Des études sont engagées sur le prolongement de la ligne 10 (Boulogne/Austerlitz) qui irriguerait le territoire et Ivry. En plein développement, les secteurs Masséna et Bruneseau se situent de part et d’autre du boulevard des Maréchaux jusqu’à Ivry. Bruneseau, notamment, recueille un projet innovant où des hauteurs élevées ne seront plus interdites, jusqu’à 50 m pour des immeubles d’habitation et 180 m pour le tertiaire. " Nous prévoyons un programme intense en construisant tout ce qui fait la ville, comme des bureaux, des logements et des équipements ", souligne Ludovic Vion, directeur de la programmation et de l’urbanisme de la Semapa. Bien que se situant à Paris, c’est un projet d’une ampleur métropolitaine puisqu’il jouxte Ivry. " Les alentours de la BnF vont aussi se développer au-dessus des voies ferrées, vers la rue du Chevaleret, avec surtout des projets d’habitat. Sept mille cinq cents appartements sont prévus sur Paris Rive Gauche, dont 6 000 familiaux et le reste pour les étudiants ; 50 % sont dédiés au parc social. Reste encore 2 000 logements privés à réaliser, dont 300 sont en cours d’études ou en chantier. Environ 500 seront lancés dans les dix-huit mois à venir. Jusqu’à présent, l’accent a été mis sur le logement social. Désormais, vient le tour du logement en accession : les deux tiers des futures constructions seront privés. Deux programmes retiennent l’attention : Home, de Bouygues Immobilier, sur l’avenue de France. De 399 999 € le une-pièce à 1 350 000 € le 4-pièces (10 500 € à 11 500 €/m2 ). Dans le secteur de la BnF, le promoteur Sopic réalisera 80%apparte-ments avec commerces au rez-de-chaussée et activités au premier étage.


 


Ivry émerge


Dans le sillage de son grand voisin Paris Rive Gauche, le nord d’Ivry-sur-Seine s’est déjà métamorphosé. Des rues ont gagné en qualité architecturale. La mutation s’accélère depuis l’entrée en scène de la ZAC Ivry-Confluences, un morceau de ville en construction de 145 hectares le long de la Seine. Cinq mille logements vont y sortir du sol et l’université Paris-Diderot aura son antenne en 2016. À terme, les berges du quartier auront été requalifiées, tant et si bien que les piétons pourront longer les quais depuis le XIVe arrondissement jusqu’à Vitry en passant par Paris Rive Gauche et Ivry. Actuellement, les commercialisations d’Ivry-Confluences s’écoulent assez rapidement en raison surtout de leurs prix serrés : 200 000 € pour un 2-pièces, 255 000 € pour un 3-pièces, à partir de 310 000 € pour un 4-pièces (Brémond, Bouygues Immobilier, Cogedim, Icade). Depuis juillet, Ivry accueille le pôle d’innovation de la Silver Valley, le cluster du Sud-Est francilien dédié à l’économie des " tempes grises ". Un projet à fort potentiel face au papy-boom en marche.


 


Le Grand Paris à Vitry


Comme Ivry-Confluences, les Ardoines, à Vitry-sur-Seine, constituent l’un des maillons forts de l’opération d’intérêt national Orly-Rungis Seine Amont. Ce projet XXL couvre 300 hectares, le double de Lyon Confluence et à peu près autant que l’île de Nantes. Treize mille logements – l’un des records franciliens – et 45 000 emplois lui sont promis, de même que de grands espaces publics, tel que l’aménagement des berges en parc habité. Deux ZAC ont été lancées en 2012 qui n’ont pas été créées ex nihilo. Le site bénéficie déjà de 9 000 emplois et de 400 entreprises, tournées notamment vers les bio-technologies, comme Sanofi, le fleuron des lieux. S’ajoute une desserte en transports en commun qui sera revue et corrigée : fréquence multipliée par quatre en 2015 du RER C passant par les deux gares de la ville, mise en service en 2020 de la gare des Ardoines du Grand Paris Express, création de transports en site propre. Sans attendre le Grand Paris, Vitry s’est redéployée depuis les années 2000. Pratiquement tous les quartiers sont en mutation, dont certains à forte dominante sociale, financés par l’ANRU (Agence nationale pour la rénovation urbaine). La promotion privée fournit régulièrement des programmes, comme actuellement BNP Paribas Immobilier, Nexity ou Les Nouveaux Constructeurs. Les tarifs équivalent à peu près à ceux d’Ivry.


 


L'IDF en chiffres :

  • 19 % de la population métropolitaine (11,9 millions)
  • 1 281 communes
  • 48 % de propriétaires en 2009 (60 % en région)
  • 27 % de maisons individuelles (56 % en région)

(Source : Institut d’aménagement et d’urbanisme d’Île-de-France)

Service

Prenez rendez-vous avec un diagnostiqueur