Guy Nafilyan, Président-directeur général de Kaufman&Broad

Tout en restant prudent, Guy Nafilyan, le président-directeur général de Kaufman & Broad se félicite de la reprise d'activité d'un marché soutenu par desmesures fortes et des conditions d'achat attractives.
"Le marché immobilier français est le plus sain d'Europe"

Le Club Immo : comment percez-vous l'évolution du marché immobilier ?
>Guy Nafilyan : les fondamentaux du marché français sont sûrement les meilleurs d'Europe.
Tout d'abord, une offre commerciale d'environ 67 000 logements neufs à la vente ce qui représente neuf mois d'activité, et pas de stock physique. Des mesures gouvernementales extrêmement efficaces aussi bien pour les premiers acheteurs que pour les investisseurs et des taux d'intérêts qui sont extrêmement faibles. Dans ce contexte, les ventes progressent fortement.
Le marché immobilier français est très dynamique.

C. I. : est-il reparti de façon pérenne ?
>G. N. : c'est un marché soutenu comme l'a été l'automobile par la prime à la casse. Il est clair que le doublement du prêt à taux zéro pour les premiers acheteurs, le pass-foncier mais aussi, toutes les mesures en faveur des investisseurs soutiennent le marché.

Aujourd'hui 60% des ventes dans le neuf, se réalisent dans le cadre de l'investissement locatif Scellier.
La chutede la bourse amène les investisseurs à revenir vers la pierre. Les incessantes fluctuations sur les marchés financiers incitent les Français à revenir vers des investissements plus sûrs, leur garantissant un complément de retraite. Nous avons d'ailleurs en ce sens de nombreux témoignages dans nos bureaux de vente. Cependant, dans une économie européenne française toujours fragile avec un niveau de chômage extrêmement élevé, il faut rester prudent.Ceci étant et je le répète, le marché français est sans doute le plus sain d'Europe.

C. I. : pourtant les prix sont encore relativement hauts. Comment vont-ils évoluer ?
>G.N. : Il faut relativiser. Certes, les prix dans l'immobilier neuf ont augmenté de 6 à 7 % selon les derniers chiffres communiqués par le ministère de l'Écologie et du Développement Durable.
Mais n'oublions pas de rappeler qu'en 2009, ils ont baissé de 15 % et ils n'ont pas rattrapé les niveaux de prix de l'année 2007. Le problème essentiel c'est l'accession à la propriété de tous les Français et pas seulement des premiers acheteurs mais aussi les deuxièmes acheteurs qui dépendent du marché de l'ancien.
Nous espérons des mesures fortes pour que les Français soient plus nombreux à devenir propriétaires.
C'est dans cette direction, je crois, que s'engage le gouvernement.

C. I. : y-a-t-il des secteurs porteurs ?
>G.N. : aujourd'hui un secteur se développe fortement : les résidences de tourisme, les résidences étudiantes où il y a un manque considérable. Un autre marché se développe c'est celui des seniors. Il faut aujourd'hui concevoir des produits destinés à ceux qui ont pris leur retraite et qui ont d'autres besoins qu'au début de leur vie. Par exemple des maisons de plain-pied, des appartements avec ascenseur…
Nous devons repenser nos produits en fonction de l'évolution démographique et surtout de l'évolution de l'âge des Français.

C. I. : en conclusion, est-ce le bon moment pour acheter ?
>G.N. : les conditions pour un achat immobilier n'ont jamais été aussi favorables depuis 10 ans. Avec des mesures de soutiens fortes, des taux attractifs et des prix à la fois raisonnables et maîtrisés, c'est aujourd'hui le meilleur moment pour acheter un logement, que ce soit pour habiter ou investir.

Guy Nafilyan, Président-directeur général de Kaufman&Broad
Guy Nafilyan, Président-directeur général de Kaufman&Broad

Tout en restant prudent, Guy Nafilyan, le président-directeur général de Kaufman & Broad se félicite de la reprise d'activité d'un marché soutenu par desmesures fortes et des conditions d'achat attractives.


"Le marché immobilier français est le plus sain d'Europe"



Le Club Immo : comment percez-vous l'évolution du marché immobilier ?


>Guy Nafilyan : les fondamentaux du marché français sont sûrement les meilleurs d'Europe.


Tout d'abord, une offre commerciale d'environ 67 000 logements neufs à la vente ce qui représente neuf mois d'activité, et pas de stock physique. Des mesures gouvernementales extrêmement efficaces aussi bien pour les premiers acheteurs que pour les investisseurs et des taux d'intérêts qui sont extrêmement faibles. Dans ce contexte, les ventes progressent fortement.


Le marché immobilier français est très dynamique.



C. I. : est-il reparti de façon pérenne ?


>G. N. : c'est un marché soutenu comme l'a été l'automobile par la prime à la casse. Il est clair que le doublement du prêt à taux zéro pour les premiers acheteurs, le pass-foncier mais aussi, toutes les mesures en faveur des investisseurs soutiennent le marché.



Aujourd'hui 60% des ventes dans le neuf, se réalisent dans le cadre de l'investissement locatif Scellier.


La chutede la bourse amène les investisseurs à revenir vers la pierre. Les incessantes fluctuations sur les marchés financiers incitent les Français à revenir vers des investissements plus sûrs, leur garantissant un complément de retraite. Nous avons d'ailleurs en ce sens de nombreux témoignages dans nos bureaux de vente. Cependant, dans une économie européenne française toujours fragile avec un niveau de chômage extrêmement élevé, il faut rester prudent.Ceci étant et je le répète, le marché français est sans doute le plus sain d'Europe.



C. I. : pourtant les prix sont encore relativement hauts. Comment vont-ils évoluer ?


>G.N. : Il faut relativiser. Certes, les prix dans l'immobilier neuf ont augmenté de 6 à 7 % selon les derniers chiffres communiqués par le ministère de l'Écologie et du Développement Durable.


Mais n'oublions pas de rappeler qu'en 2009, ils ont baissé de 15 % et ils n'ont pas rattrapé les niveaux de prix de l'année 2007. Le problème essentiel c'est l'accession à la propriété de tous les Français et pas seulement des premiers acheteurs mais aussi les deuxièmes acheteurs qui dépendent du marché de l'ancien.


Nous espérons des mesures fortes pour que les Français soient plus nombreux à devenir propriétaires.


C'est dans cette direction, je crois, que s'engage le gouvernement.



C. I. : y-a-t-il des secteurs porteurs ?


>G.N. : aujourd'hui un secteur se développe fortement : les résidences de tourisme, les résidences étudiantes où il y a un manque considérable. Un autre marché se développe c'est celui des seniors. Il faut aujourd'hui concevoir des produits destinés à ceux qui ont pris leur retraite et qui ont d'autres besoins qu'au début de leur vie. Par exemple des maisons de plain-pied, des appartements avec ascenseur…


Nous devons repenser nos produits en fonction de l'évolution démographique et surtout de l'évolution de l'âge des Français.



C. I. : en conclusion, est-ce le bon moment pour acheter ?


>G.N. : les conditions pour un achat immobilier n'ont jamais été aussi favorables depuis 10 ans. Avec des mesures de soutiens fortes, des taux attractifs et des prix à la fois raisonnables et maîtrisés, c'est aujourd'hui le meilleur moment pour acheter un logement, que ce soit pour habiter ou investir.

Service

Prenez rendez-vous avec un diagnostiqueur