Grand-ouest : reprise des ventes de logements neufs encore fragile

En ce début d'année 2010, les prix devraient se stabiliser dans l'ancien. Mais l'offre se tarie dans les secteurs les plus demandés.

Grand-ouest : reprise des ventes de logements neufs encore fragile
Grand-ouest : reprise des ventes de logements neufs encore fragile

Dans le Grand Ouest, les prix se stabilisent dans l'ancien et les promoteurs pronostiquent un maintien de la demande, confortée par le prolongement du dispositif Scellier et le triplement du PTZ pour les logements économes en énergie.



La crise des marchés immobiliers a surtout été vécue douloureusement dans les villes secondaires et le littoral. En 2010 les promoteurs pronostiquent un maintien de la demande, confortée par le projet de prolongement du Scellier et le triplement du PTZ pour les logements économes en énergie.



Opportunités à Rouen


En Normandie, les prix ont baissé (- 11 % sur les appartements en Haute-Normandie, - 12,2 % en Basse-Normandie) et l'activité a repris sur les biens de moins de 200 000 €.


Sur le terrain de la construction, le redémarrage est modéré (+ 4,1 % sur un an au 1er semestre 2009 d'après la FPC en Haute-Normandie et - 19 % en Basse-Normandie), mais les encours sont maintenus (autour de 1 000 lots), ce qui est plutôt rassurrant. On atteint des moyennes de 2 940 €/m2 en Haute-Normandie et 3 236 €/m2 en Basse-Normandie.


Les meilleurs investissements seront en centre-ville et dans les secteurs en développement.


Fragiles dans l'Eure et le Pays d'Auge, ils se situent, à Rouen, autour du projet Seine-Ouest et du nouvel éco-quartier Flaubert, qui accueillera 10 000 nouveaux habitants et des équipements majeurs. Le Havre est aussi prometteur.


Le futur port du Grand Paris réaménage ses docks et s'équipe d'un tram d'ici 2012. À Caen, les opportunités seront surtout dans le quartier de l'Université et dans le centre.



Vers la fin de l'étalement urbain en Bretagne ?


Malgré des situations difficiles sur Vannes ou Saint-Malo, le marché breton se distingue avec encore de légères hausses (+ 2,1 %) dans l'ancien. Dans le neuf, l'activité a redémarré dès le 2e trimestre (+ 38 % sur un trimestre) et la remise à plus tard d'un certain nombre de programme participe au rééquilibrage du marché. Les stocks ont diminué de 4 % sur un an et les prix se maintiennent dans le collectif (+ 4%) mais diminue de 7 % dans l'individuel groupé. La tendance générale est au repli des demandes de terrains à bâtir en deuxième et troisième couronne urbaine. À Rennes, la ville entend remplir ses objectifs de 1 000 nouveaux logements par an. En 2010, on les trouvera essentiellement à Beauregard et dans le quartier du Mail. Sur le littoral, les nouveautés se comptent sur les doigts de la main, à Dinan, notamment.


Plus au sud, le tournant 2008-2009 a aussi laissé des traces. D'après la Fnaim, les prix ont chuté de 10,6 % dans les Pays de la Loire.


Ils ont également légèrement diminué dans le neuf, dans une moindre proportion (3 338 €/m2 à Nantes et 2 773 €/m2 dans les autres communes de l'agglomération). La demande reste soutenue, estimée à 10 à 12 000 logements nouveaux par an sur la Loire. En 2009, les mises en chantier ont été inférieure à ces objectifs, en recul de l'ordre de 30 % d'après la DDE.



Service

Prenez rendez-vous avec un diagnostiqueur