Financer son logement neuf : réussir son premier achat

Des prix qui restent orientés à la baisse, une offre diversifiée, des crédits attractifs. Autant de signes qui doivent vous encourager à devenir propriétaire de votre premier logement.

Financer son logement neuf : réussir son premier achat
Financer son logement neuf : réussir son premier achat


Devenir propriétaire, avoir un toit à soi, ce rêve n’a rien d’inaccessible. Même dans une période chahutée comme celle que nous vivons aujourd’hui. Car, plusieurs éléments sont favorables à l’achat. D’abord, les prix des logements sont stables ou baissent encore légèrement. Et ne croyez pas qu’ils vont s’effondrer. Car la demande reste bien présente et l’offre de qualité n’a rien de pléthorique, surtout dans le neuf, les promoteurs ayant retardé certaines de leurs opérations en raison du ralentissement de l’activité. Ensuite, les conditions de crédit ont rarement été aussi favorables à l’acquisition. À l’heure où nous écrivons, ils sont toujours orientés à la baisse, se situant, autour de 4,20/4,30 % sur 20 ans. Résultat, comme le souligne une toute récente analyse d’Empruntis.com, “les ménages qui avaient été exclus du marché par la hausse des taux sont à nouveau solvables et ce, sans prendre en compte l’effet de la baisse des prix”. Pour preuve, sur 100 dossiers finançables en janvier 2007, 79 seulement le restaient en octobre 2008 avec la hausse qui était intervenue entre temps (hausse estimée à 1,15 point). En juin 2009 (par rapport à octobre 2008), la baisse des taux qui s’établit à 1,10 point permet de retrouver une situation identique. Des prix qui restent orientés à la baisse, une offre diversifiée, des crédits attractifs. Autant de signes qui doivent vous encourager à devenir propriétaire de votre premier logement. à celle du début 2007. Ce qui se traduit par une baisse globale du coût du crédit de 22,7 %. À titre d’exemple, pour un emprunt d’un montant de 150 000 € contracté en octobre à 5,40 % sur 20 ans, la mensualité était de 1 023 € et le coût du crédit de 95 610 €. Aujourd’hui, avec un taux de 4,30 %, elle ne s’élève plus qu’à 933 €, soit un coût global de 73 920 €. Une différence de taille ! Bref, vous disposez de conditions très favorables qui ne vont peut-être pas durer. Car déjà, le taux de l’OAT 10 ans sur lequel s’appuient généralement les taux fixes amorcent un mouvement de hausse. De son côté, la Banque centrale européenne redoute une remontée de l’inflation et, pour contrer ce risque, pourrait bientôt être tenté de revoir à la hausse son principal taux directeur.



Service

Prenez rendez-vous avec un diagnostiqueur