En Bretagne, une production record de logements neufs

Dans les départements bretons, 42 322 logements ont été autorisés l’année dernière (- 3,8 %) et 33 148 ont été déclarés commencés (- 9,2 %). Là aussi, on constate un ralentissement de la production, après plusieurs années florissantes. Le premier trimestre 2008 confirme la tendance. Selon la direction régionale de l’équipement, 1 765 appartements ont été mis en vente sur le secteur jusqu’à la fin du mois de mars, à 2 830 €/m2 en moyenne, et 1 638 ont été vendus. Mais les stocks augmentent, avec 8 347 lots. D’après les acteurs locaux, ce ralentissement semble signifier la fin d’une période de rattrapage. Certains secteurs restent cependant très dynamiques. Dans l’aire urbaine rennaise, par exemple, la réalisation de plus de 2 600 logements a été autorisée entre janvier et avril dernier, dont 1 600 pour l’agglomération. Sur la même période, plus de 1 700 logements ont été livrés, contre 1 200 en moyenne ces deux dernières années, selon l’Audiar (Agence d’urbanisme de Rennes Métropole). Côté maisons, l’activité sur la région dépasse les meilleurs mois de 2007 avec 389 mises en vente, 297 ventes à 191 500 euros en moyenne et 1 106 biens alors disponibles. Les investisseurs ont donc le choix ; à eux de faire le bon. Beaucoup de petites maisons ont été construites en diffus ou dans des lotissements ces dernières années sur l’ensemble de la Bretagne. Dans une région vaste aux villes et villages plus ou moins bien desservis, certaines suscitent aujourd’hui quelques interrogations pour l’avenir. Pour ne pas prendre de risque dans un contexte un peu plus incertain, le maître-mot est redevenu l’emplacement. Misez donc sur un bien à proximité des services et des emplois, ou éventuellement des transports.

En Bretagne, une production record de logements neufs
En Bretagne, une production record de logements neufs

Dans les départements bretons, 42 322 logements ont été autorisés l’année dernière (- 3,8 %) et 33 148 ont été déclarés commencés (- 9,2 %). Là aussi, on constate un ralentissement de la production, après plusieurs années florissantes. Le premier trimestre 2008 confirme la tendance. Selon la direction régionale de l’équipement, 1 765 appartements ont été mis en vente sur le secteur jusqu’à la fin du mois de mars, à 2 830 €/m2 en moyenne, et 1 638 ont été vendus. Mais les stocks augmentent, avec 8 347 lots. D’après les acteurs locaux, ce ralentissement semble signifier la fin d’une période de rattrapage. Certains secteurs restent cependant très dynamiques. Dans l’aire urbaine rennaise, par exemple, la réalisation de plus de 2 600 logements a été autorisée entre janvier et avril dernier, dont 1 600 pour l’agglomération. Sur la même période, plus de 1 700 logements ont été livrés, contre 1 200 en moyenne ces deux dernières années, selon l’Audiar (Agence d’urbanisme de Rennes Métropole). Côté maisons, l’activité sur la région dépasse les meilleurs mois de 2007 avec 389 mises en vente, 297 ventes à 191 500 euros en moyenne et 1 106 biens alors disponibles. Les investisseurs ont donc le choix ; à eux de faire le bon. Beaucoup de petites maisons ont été construites en diffus ou dans des lotissements ces dernières années sur l’ensemble de la Bretagne. Dans une région vaste aux villes et villages plus ou moins bien desservis, certaines suscitent aujourd’hui quelques interrogations pour l’avenir. Pour ne pas prendre de risque dans un contexte un peu plus incertain, le maître-mot est redevenu l’emplacement. Misez donc sur un bien à proximité des services et des emplois, ou éventuellement des transports.


 

Service

Prenez rendez-vous avec un diagnostiqueur