Empruntez malin avec le PTZ +

Le nouveau prêt à taux zéro est une aide à l’accession à la propriété, accordée par l’État. Comme son prédécesseur, il est consenti sans intérêts, mais ses conditions d’octroi diff èrent sensiblement

Empruntez malin avec le PTZ +
Empruntez malin avec le PTZ +

Avec la loi de fi nances 2011, deux aides à l’accession à la propriété disparaissent : le Pass-foncier (prêt permettant de fi nancer l’acquisition en deux temps) et le crédit d’impôt sur les intérêts d’emprunt (créé à l’occasion de la loi TEPA). Pour compenser ces deux suppressions, l’État concentre désormais son aide sur le PTZ (prêt à taux zéro) en le remodelant profondément et en le rebatisant PTZ +. Pour le secrétaire d’État au logement, Benoist Apparu, “il s’agit de rendre l’aide plus effi cace et plus lisible”.


Le PTZ + continue de concerner tous les primo-accédants. Autrement dit, ceux qui achètent leur résidence principale pour la première fois ou qui n’ont pas été propriétaire depuis au moins deux ans au moment de l’émission de l’off rede prêt. Cette condition tombe si vous (ou un membre de votre foyer) êtes titulaire d’une carte d’invalidité et ne pouvez exercer une activité professionnelle, ou si vous touchez une allocation adulte handicapé ou d’éducation spéciale.



Ou encore, si vous êtes victime d’une catastrophe naturelle et que votre habitation est détruite. Par rapport à l’ancienne mouture, le PTZ + change en revanche sur un point essentiel : il n’est plus soumis à conditions derevenus. Vous pouvez donc y prétendre quelles que soient vos ressources. Quelles sont les opérations concernées ? Comme avant, vous pouvez acheter un logement neuf ou ancien (y compris en HLM) ou encore le faire construire. Vous avez également droit au PTZ + si vous transformez un local dont vous êtes propriétaire enlogement, ou que vous l’achetez pour le transformer en habitation.


À compter du 1er juin, le PTZ + peut aussi fi nancer l’acquisition de la nue-propriété ou de l’usufruit, le rachat de parts d’une SCI ou d’une indivision à condition que cette acquisition permette le reconstitution de la pleine propriété du logement, ou un logement destiné à devenir la résidence principale de l’acquéreur au moment de sa retraite, si l’achat intervient six ans au plus tard avant cette échéance.


Le logement peut alors être loué (sous certaines conditions de revenus des locataires).



Service

Prenez rendez-vous avec un diagnostiqueur