Empruntez malin aujourd'hui

PTZ+, prêts locaux ou régionaux, aides au logement... À l'heure où le coût du crédit semble se renchérir, il est primordial de profi ter des crédits les plus avantageux. Suivez-nous !

Empruntez malin aujourd'hui
Empruntez malin aujourd'hui

Avec la loi de finances 2011, deux aides à l’accession à la propriété disparaissent : le Pass-foncier (prêt permettant de fi nancer l’acquisition en deux temps) et le crédit d’impôt sur les intérêts d’emprunt (créé à l’occasion de la loi TEPA). Pour compenser ces deux suppressions, l’État concentre désormais son aide sur le PTZ (prêt à taux zéro) en le remodelant profondément et en le rebatisant PTZ +. Pour le secrétaire d’État au logement, Benoist Apparu, “il s’agit de rendre l’aide plus effi cace et plus lisible”.


Le PTZ + continue de concerner tous les primo-accédants. Autrement dit, ceux qui achètent leur résidence principale pour la première fois ou qui n’ont pas été propriétaire depuis au moins deux ans au moment de l’émission de l’off rede prêt. Cette condition tombe si vous (ou un membre de votre foyer) êtes titulaire d’une carte d’invalidité et ne pouvez exercer une activité professionnelle, ou si vous touchez une allocation adulte handicapé ou d’éducation spéciale.



En ce début d’année, des éléments penchent en faveur de l'emprunt.


Les prix des logements reprennent un peu de vigueur. Les taux aussi, bien qu’ils restent à des niveaux très bas, à peu près ceux du début de l’année 2010. « L’inquiétude sur la dette des États européens pousse le rendement des OAT vers le haut, explique Maël Bernier, la porte-parole d’Empruntis, la conséquence logique est donc la remontée des taux d’intérêt fi xes des crédits aux particuliers ». Ces derniers ont pris 0,45 %. Aujourd’hui, vous pouvez donc emprunter sur 15 ans à 3,80 % et sur 20 ans autour de 4 %. De fait, en trois mois, le coût du crédit s’est renchéri de 13 %. « Exactement ce qui avait été gagné en une année entre octobre 2009 et octobre 2010 sous l’effet de la baisse des taux de l’époque », poursuit Maël Bernier. Conclusion, il est donc impératif avant de contracter votre crédit bancaire, de voir quelles sont vos possibilités d’emprunt à faible taux. Dans ce domaine, vous disposez d’un certain nombre de pistes. À commencer par le PTZ+, le nouveau dispositif mis en oeuvre par le gouvernement. D’autant qu’il n’est plus, aujourd’hui, conditionné à vos revenus. Vous pouvez donc le solliciter auprès de votre banque ou de n’importe quel autre établissement qui a signé une convention avec l’État dans ce sens. Vous devez être primo-accédant et ne pas avoir été propriétaire de votre résidence principale depuis deux ans au moins. Avec le PTZ+, vous pouvez fi nancer toutes sortes d’achats immobiliers, neufs ou anciens. Son montant varie en fonction de nombreux critères : type d’opération (neuf ou ancien), secteur géographique, sachant qu’il avantage les secteurs tendus.


Si vous habitez la région parisienne ou la région Paca, par exemple, votre prêt sera plus élevé qu’ailleurs. Il dépend aussi de la performance énergétique du logement. Si vous achetez un logement neuf, assurez-vous que ce bien sera BBC (Bâtiment basse consommation). Dans l’ancien, privilégiez les logements dont l’étiquette énergie (obligatoire désormais dans toute annonce immobilière) se situe entre A et D car, en E, F et G les montants du PTZ sont très réduits. Tout serait parfait si le PTZ n’avait un obstacle : ses modalités de remboursement (lire encadré).


N’hésitez pas à vous connecter sur le site du ministère de l’Écologie, du Développement durable, des Transports et du Logement (www.ptz-plus.gouv.fr) pour réaliser vos simulations.


Le ministère a, en effet, mis en ligne un simulateur qui vous permet, en quelques minutes de connaître votre droit à prêt et ses modalités de remboursement.



Service

Prenez rendez-vous avec un diagnostiqueur