Dubaï, pays de la démesure

"Dès la sortie de l'aéroport,on comprend qu'il se passe quelque chose à Dubaï. Passage au milieu de zones de gratte-ciel plus design les uns que les autres, grues et travaux omniprésents, projets pharaoniques en cours : nous sentons que cela fourmille dur", raconte Stéphane, jeune créateur d'une start-up et bloggeur, de retour d'un voyage d'agrément dans l'émirat, où il se verrait bien "acheter un penthouse, si je gagnais l'Euromillion".

 Dubaï, pays de la démesure
Dubaï, pays de la démesure

Ni capitale des Emirats arabes unis, ni même le plus grand d'entre eux, Dubaï n'en est pas moins le plus renommé, à cause de ses projets touristiques largement médiatisés. C'est un chantier qui ne s'arrête jamais, concentrant 15 à 25 % des grues du monde entier pour réaliser les projets les plus extraordinaires. Comme le gratte-ciel en forme de voile qui abrite l'hôtel 7 étoiles Burj El Arab, dont la plus grande suite compte 700 m2… Avec ses 321 m de haut, l'hôtel fait figure de nain à côté de la tour Burj Duba actuellement en construction, qui atteindra les 805 m et pourra porter fièrement le titre de plus haute tour du monde. Du côté de la mer, ce sont les incroyables Palm Islands, trois îles artificielles qui forment un palmier géant ; sans oublier The World, dont les îles, tout aussi artificielles, recréent la carte du monde…


L'investissement comme politique. L'émir Al Maktoum dirige Dubaï d'une main ferme de manager. Il a bien compris que les revenus du pétrole ne seraient pas éternels et a injecté une grande partie des revenus de l'or noir vers d'autres développements. Tirant profit de la position stratégique de l'émirat, au carrefour de l'Europe, de l'Asie et de l'Afrique, il en a fait un rendez-vous incontournable pour les grandes entreprises. Une centaine est déjà présente à Dubaï, qui est aussi entré dans l'ère numérique et a fait émerger du désert une nouvelle ville internet et multimédia, exempte de toute imposition. A côté de son terrain de golf, Microsoft, Oracle et autres poids lourds du secteur s'installent. Le tourisme est l'autre secteur d'investissement, directement contrôlé par l'émir au travers de deux sociétés immobilières - Nakheel et Emaar- dont il détient directement une partie du capital. On dénombrait 44 hôtels il y a dix ans, contre plus de 260 aujourd'hui. Cinq millions de touristes en 2003, contre 15 millions prévus à l'horizon 2010. Pour transformer le désert en centre touristique et d'affaires, le pouvoir n'a pas hésité à injecter beaucoup d'argent. Les grands chantiers touristiques affichent un budget de 50 milliards de dollars ! Ajoutez à cela la collaboration de la crème des architectes mondiaux, soignez les expatriés, proposez les projets les plus incroyables et le tour est joué.


Ce développement a bien sûr des répercussions sur le marché immobilier, qui a enregistré une croissance de 21 % entre 2004 et 2005 ! Résultat : des prix aussi élevés que ceux des quartiers huppés des grandes capitales occidentales et une activité incessante. Pas seulement pour loger les touristes, mais également à destination des dizaines de milliers d'expatriés qui viennent travailler à Dubaï. Avec 100 000 hommes d'affaires résidants plus ou moins permanents et 65 % de travailleurs immigrés, de l'ouvrier à l'ingénieur, Dubaï compte plus d'un million d'habitants, plus de deux millions pour tout l'émirat.


Monaco du Moyen-Orient. Dubaï est le paradis des touristes fortunés. Dans l'archipel artificiel The World par exemple, on peut s'offrir une île privée, comme le patron de Virgin. Si vous ne faites pas partie des VIP, vous pourrez vous rabattre sur l'achat d'un appartement ou d'une villa sur l'une des îles détenues par des holdings financières. "Les biens s'adressent à une clientèle aisée, car il s'agit d'un emplacement de rêve sur lequel on ne trouve que des palaces", explique Jean-Pierre Sedaghat, spécialiste de l'immobilier dans l'émirat. Avec ses projets en cours de réalisation, Dubaï reste dans l'extraordinaire. Hydropolis est un hôtel, posé sur le fond de la mer, qui permettra d'observer les poissons depuis les hublots de sa chambre… Et pour tous ceux qui se seront lassés du ciel bleu et de la chaleur, direction le Skidome, une station de sports d'hiver installée sous un dôme préservant le froid et l'enneigement artificiel, où l'on peut se livrer aux joies de la glisse en plein désert ! Décidément, Monaco et Las Vegas


ont du souci à se faire, l'avenir de la jetset est ailleurs !


Service

Prenez rendez-vous avec un diagnostiqueur