Différents secteurs géographiques sur le marché immobilier lyonnais

I.B. :Géographiquement,distinguez-vous plusieurs secteurs ?

Différents secteurs géographiques sur le marché immobilier lyonnais
Différents secteurs géographiques sur le marché immobilier lyonnais

Fabrice Hoolbecq : Pour ma part, je distingue trois secteurs. Le premier concerne les arrondissements lyonnais en développement (le 9e, mais également les 7e et 8e) qui font l’objet d’une véritable sur-offre. Le second secteur, celui de l’Ouest lyonnais, comporte peu de zones constructibles. Les villes qui ont engagé une politique de développement, comme Craponne, se caractérisent également par une sur-offre et peu d’accession sociale. Enfin, l’Est lyonnais est le secteur en plein développement, et qui dispose d’une offre plutôt diversifiée en terme de prix. Des programmes sont commercialisés à Saint-Priest, Vénissieux ou Vaulx-en-Velin et répondent à une demande. Le marché se caractérise par une stabilité des prix et nous bénéficions d’un accompagnement de l’agglomération lyonnaise, qui poursuit une politique de développement du secteur tertiaire. Par ailleurs, toute une population jeune et issue du secteur social modeste peut, grâce à des opérations lancées par l’ANRU, accéder à la propriété.


Eric Abel-Coindoz: Si le secteur de Vaulx-en-Velin est porteur, c’est aussi parce que la ville a démarré sa mutation voici quelques années. Si la clientèle se positionne sur cette ville, c’est certes parce qu’elle se situe en zone ANRU, mais aussi parce que la commune a accompagné l’évolution urbaine. En quelque sorte, la TVA à 5,5 % est un accélérateur de marché si la commune concernée anticipe en amont les transformations nécessaires.


Service

Prenez rendez-vous avec un diagnostiqueur