Design vert

Les maisons écolo ont le vent en poupe. Et, contrairement aux idées reçues, protection de l’environnement et design ne sont pas du tout incompatibles ! La preuve dans ce bel ouvrage, qui décline avec force photos et textes 23 projets green et minimalistes. Les auteurs, Sergi Costa Duran et Lance Horsey, explorent les différents aspects du design vert : les avantages au niveau énergétique, l’emploi de matériaux naturels, les possibilités de recyclage, etc. Il y a des maisons, bien sûr, mais aussi des immeubles, des bâtiments de démonstration, des cabanes dans les arbres... Dans tous les cas, on est loin de l’image austère et du confort spartiate des maisons écolo des années 70. Sphériques, cubiques, sur pilotis, perchées ou enterrées, le look tendance de ces constructions n’est pas le moindre de leurs atouts... “Maisons écolos”, de Sergi Costa Duran et Lance Horsey, éditions du Chêne. #rGrenelle de l’Environnement - Un an après...

Design vert
Design vert

Pour souffler sa première bougie, le Grenelle de l’Environnement a eu droit à son enquête TNS Sofrès, réalisée début octobre. Ainsi, 73 % des personnes interrogées considèrent que cette initiative a eu un impact fort sur la prise de conscience et le comportement des citoyens. Ce sont les mesures relatives au secteur énergétique (développer les énergies renouvelables, promouvoir les économies d'énergie, réduire la dépendance pétrolière du pays) qui sont jugées les plus importantes. Le domaine de l'habitat arrive en seconde position des priorités, avec des mesures comme la mise en place d'un plan de réduction de la consommation d'énergie des bâtiments publics (92% des Français estiment que cet objectif est important), ou la création d'un écoprêt à taux zéro, c'est-à-dire dont les intérêts sont pris en charge par l'État, pour les travaux de rénovation thermique de l'habitat (86 %). #rDéchets - Ça déborde !


Afin de réduire nos déchets, les députés ont adopté un amendement prévoyant que les ménages paieront en fonction de la quantité de déchets produits, en introduisant le principe de pollueur payeur à la collecte des ordures ménagères. Cette disposition précise que “la redevance d’enlèvement des ordures ménagères et la taxe d’enlèvement des ordures ménagères devront intégrer, dans un délai de dix ans, une part variable pouvant prendre en compte le poids des déchets et leur nature.” En attendant, nous pouvons tous agir au quotidien pour limiter notre production de déchets. Quelques exemples : privilégier les produits au détail ou en vrac, préférer les sacs réutilisables pour faire ses courses, indiquer “stop pub” sur sa boîte aux lettres, limiter les impressions papier au bureau comme à la maison, opter pour les écorecharges, etc. En gardant bien à l’esprit que le meilleur déchet est celui que l’on ne produit pas. Plus d’infos sur www.reduisonsnosdechets.fr


Service

Prenez rendez-vous avec un diagnostiqueur