De Toulon à Fréjus, des opportunités à saisir

Le Var offre une qualité de vie incontestable, de belles plages et des stations de renom. Il faut en profiter car les prix affichent des baisses significatives dans certaines stations.

De Toulon à Fréjus, des opportunités à saisir
De Toulon à Fréjus, des opportunités à saisir

Selon les Notaires de France, si à Bandol, Bormes-les-Mimosas, La Londe-les-Maures ou Saint-Cyr-sur-Mer, les valeurs affichent toujours une légère hausse, de l’ordre de 1 à 4 % sur un an, ailleurs, les baisses sont réelles. À Fréjus, les prix chutent de 9,8 % sur un an à fi n 2013, ramenant le prix moyen au mètre carré à 3 540 euros. Au Lavandou, c’est quasiment la même chose. Avec une baisse de 9,3 %, le mètre carré tombe à 5 150 euros. À Sanary-sur-Mer, la chute est moindre : -6,9 %, ce qui met désormais le mètre carré à 4 320 euros. Les communes de Saint-Raphaël et Sainte-Maxime ne sont pas épargnées, subissant respectivement un repli des valeurs de -6,8 % et -4,7 %. Toulon s’en tire mieux (-3,2 %), de même que La Valette-du-Var (+1,5 %). Quant à Saint-Tropez, les agents immobiliers retrouvent le moral car les prix qui avaient chuté de 10 à 15 % ces deux dernières années, voire beaucoup plus, ravivent l’intérêt des acquéreurs. « Depuis quelques mois, on voit que la baisse des prix contribue à un regain d’intérêt pour ce marché, très spécifique », indique Philippe Boulay, de l’agence Émile Garcin. Alors que la clientèle étrangère faisait le gros des troupes, aujourd’hui, c’est la clientèle française qui revient sur le devant de la scène. Pour Hubert Paillart, de l’agence Bleu Citron Immobilier, si les prix ont baissé, le marché est loin de s’effondrer. Au contraire, l’activité redevient saine avec des prix cohérents, moins impactés par la présence d’une clientèle russe sans limites en termes de budget. Même discours chez John Taylor. « Les vendeurs doivent aujourd’hui être en phase avec la réalité du marché et être plus raisonnables », indique Sylvain Boichut. Dans le neuf, on trouve des programmes un peu partout. « Globalement, les prix se sont contractés en 2012 mais sont, depuis, relativement stables sur l’ensemble de la région », indique Olivier Durix, responsable de la région chez Bouygues Immobilier. À Fréjus, on trouve des trois-pièces, commercialisés par Promogim, à partir de 236 000 euros (Azur Cottage). Dans Port Fréjus II, un studio de 31 m2 se négocie à partir de 156 000 euros et un trois-pièces à partir de 312 000 euros chez CF Immobilier. À Hyères, place Dunant, Bouygues propose des deux -pièces de 42 m2 à partir de 220 000 euros et Kaufman & Broad, place du Maréchal-Joffre, des trois-pièces à partir de 331 000 euros (71 m2). Saint-Raphaël ne manque pas d’opportunités non plus. Chez Riviera, des trois-pièces s’affichent à 395 000 euros (72 m2), avenue de la Mer.

Service

Prenez rendez-vous avec un diagnostiqueur