Construction : la reprise se confirme… mais pas partout

Si les prévisions des professionnels sont revues à la hausse, l’ensemble du territoire ne bénéficie pas de la relance du secteur. Eclairages.

Construction : la reprise se confirme… mais pas partout
Construction : la reprise se confirme… mais pas partout

Prêt à taux zéro. Dispositif d’investissement locatif Pinel. Taux de crédit immobilier au plus bas. Comme le constate Jacques Chanut, président de la Fédération française du bâtiment (FFB), "le secteur de la construction profite d’un alignement des planètes assez exceptionnel."


Pour preuve les prévisions des professionnels sont revues à la hausse en cette rentrée de septembre. Ils anticipent une croissance de 1,2 % de l’activité contre 0,9 % prévu originellement en novembre 2015. Sans surprise, c’est le secteur du neuf qui profite du contexte. Les ventes de maisons individuelles progressent de 13,3 % par rapport à l’an dernier. Quant aux logements collectifs, la FFB enregistre une hausse de 18 % pour le premier semestre 2016.


Des résultats qui font dire à la fédération que le nombre de logements mis en chantier sur l’année en cours devrait tourner autour de 375 000, soit une hausse de 8,6 % par rapport à 2015 "et non pas 360 000, comme l’anticipe les données officielles", précise Jacques Chanut. D’après la FFB, près de 15 000 logements individuels échapperaient aux décomptes des pouvoirs publics.


Le seul secteur à ne pas profiter de l’embellie générale est l’activité d’amélioration-entretien, qui comptait pour 56 % de l’activité du bâtiment en 2015. Ce segment augmenterait cette année que de 0,9 %. "La reprise des ventes dans l’ancien nous laisse cependant espérer un bond futur", indique le président de la FFB.


Une fracture territoriale


Mais la bonne santé du secteur touche-t-elle l’ensemble des territoires ? Non à en croire la carte ci-dessous sur les mises en chantier (en %) sur 12 mois à fin juillet 2016. "La reprise est loin d’être uniforme", souligne Jacques Chanut. "La fracture territoriale tend à s’agrandir entre les territoires économiquement et démographiquement dynamiques, qui bénéficient de la reprise du neuf, et les autres zones, qui restent à l’écart de la reprise." (Cliquez pour agrandir)


La requalification des bourgs et petits ou moyens centres-villes est à la peine. "C’est pour cela que nous comptons peser sur le débat présidentiel pour une territorialisation de la politique du logement en rencontrant les différents candidats de gauche comme de droite. Lorsqu’on voit la vacance de ces centres-bourgs, avec des logements vétustes, ne faut-il pas imaginer de mesures permettant de faire revenir les populations plutôt que les laisser s’établir en périphérie ?"


Le FFB compte livrer aux candidats à la présidentielle un véritable programme immobilier baptisé "Reconstruire la France" au sein duquel sera formulé plusieurs propositions. Même si, du propre aveu de Jacques Chanut, la principale demande des acteurs du secteur est avant tout le maintien des dispositifs. "Il ne faudrait pas que durant la campagne, une annonce porte atteinte à la confiance des professionnels et des particuliers." Les candidats sont prévenus.

Services