Confort au premier plan

Fort logiquement, le logement neuf, qui utilise les matériaux les plus performants et fait appel aux techniques de construction les plus modernes, affiche des résultats inégalés par l'ancien en termes de confort et de qualité.

Confort au premier plan
Confort au premier plan

Qualité labellisée.


Les réglementations officielles qui encadrent la construction contraignent de fait l'immobilier neuf à sans cesse relever de nouveaux défis. Il en va ainsi des recommandations en matière d'accessibilité des logements et de prise en compte de tous les handicaps : les logements neufs doivent non seulement prendre en compte les personnes à mobilité réduite, mais également se pencher sur les autres types de handicap et les moyens de garantir l'autonomie des personnes qui en sont affectées. Un aspect qui concerne également le vieillissement de la population et la possibilité de vivre de manière autonome le plus longtemps possible. Autre signe de qualité, les certifications et labels qui distinguent différents aspects des programmes neufs. Contrairement aux réglementations, les certifications diverses sont le fruit d'une démarche volontaire dans laquelle les promoteurs s'engagent pour afficher la qualité de leurs programmes. Filiale de l’association Qualitel qui évalue et promeut la qualité de l’habitat, Cerqual a été créée en 2004 pour délivrer toutes les certifications du logement neuf. C’est elle qui attribue la certification NF Logement. Les trois critères sur lesquels se base la certification NF Logement, Sécurité, Acoustique et Thermique, possèdent plusieurs niveaux de performance, A, B ou C. Au final, le profil affiché par une opération immobilière dans chacun de ces critères donnera au consommateur “un élément de lecture pointu sur le marché immobilier”.


Atout confort.


Les logements neufs bénéficient des matériaux les plus performants et de techniques de construction qui prennent en compte les problèmes d’isolation phonique et thermique. Chapes flottantes et double-vitrage sont autant d’éléments qui assurent un niveau de confort inégalé. Pour en donner un exemple, il suffit de dire qu’au cours des derniers 25 ans, les bruits transmis ou produits dans les appartements neufs ont été réduits de 30 à 50 % : des performances avec lesquelles les constructions anciennes peuvent difficilement rivaliser, même au prix d’importants travaux d’isolation. Une préoccupation de confort qui se transforme en économie d’énergie. Les nouvelles technologies autorisent par exemple une plus grande maîtrise sur le chauffage du logement : avec une isolation thermique renforcée et des systèmes qui permettent de gérer la température pièce par pièce, la vie se fait plus douce et l’addition moins salée, quelle que soit la source d’énergie utilisée. A niveau de confort équivalent, les professionnels ont ainsi calculé que la consommation d’énergie avait été divisée par deux en l’espace de vingt ans, dans les constructions neuves. Là encore, la réglementation évolue et le niveau d'exigence grimpe : la RT 2005 (réglementation thermique), qui entrera en vigueur pour tous les permis de construire déposés à partir du mois prochain, vise à améliorer d'au moins 15 % la performance énergétique des bâtiments neufs. Aux consommations déjà prises en compte par la précédente réglementation (RT 2000), qui concernait le chauffage, la ventilation et l'eau chaude sanitaire, s'ajoutent désormais le refroidissement et l'éclairage pour tous les bâtiments. Une limite maximale de consommation est également définie, en fonction de la typologie du bâtiment, des zones climatiques et de l'énergie utilisée pour le chauffage. L'accent est mis sur la réduction des déperditions de ventilation et côté chauffage, la chaudière basse température devient référence, de même que les panneaux rayonnants en matière de chauffage électrique.


Atout sécurité.


Les acquéreurs attendent de leur logement qu'il leur inspire ce sentiment de sécurité auquel chacun aspire. Les promoteurs répondent à cette préoccupation de leur clientèle en ne lésinant pas sur la sécurité. Qu’il s’agisse de lutter contre les intrusions ou de précautions contre les risques d’incendie, les constructions modernes respectent des normes draconiennes. Les portiers électroniques, les digicodes, et de plus en plus les visiophones, sont devenus la norme pour les parties communes, sans oublier le contrôle de l’accès aux sous-sols, ces étages n’étant accessibles qu’à l’aide d’une clé, y compris par l’ascenseur. Des précautions que l’on retrouve dans de nombreux domaines de maisons individuelles, entièrement clos et dont l’accès est contrôlé. Même traitement pour les accès aux logements, avec des portes munies de serrures à points d’ancrage multiples, avec systèmes anti-dégondages, blindages, etc. Du côté des fenêtres, les grandes baies vitrées don- nant sur des espaces ouverts – terrasses, jardins ou balcons – sont équipées de vitrages anti-effraction et de volets roulants à serrures, etc. En matière de protection contre le feu, les programmes neufs comportent des portes coupe-feu, des trappes de désenfumage, des détecteurs de fumée dans les sous-sols, sans oublier l’utilisation de matériaux de construction plus résistants aux flammes, ne dégageant pas de gaz toxiques à la chaleur, etc. Ce type de prestations a un coût et varie bien sûr d’un programme à l’autre, mais même les réalisations les plus “basiques” ont un équipement sécurité minimal, adapté à notre époque... et à ses tourments !


Service

Prenez rendez-vous avec un diagnostiqueur