1. Accueil
  2. Conseils
  3. Actualité
  4. Christian Louis-Victor - Président de l'Union Nationale des Constructeurs de Maisons Individuelles

Christian Louis-Victor - Président de l'Union Nationale des Constructeurs de Maisons Individuelles

La maison individuelle attire et fascine. Bilan, perspectives et questions d'actualité avec le Président de L'UNCMI.

Christian Louis-Victor - Président de l'Union Nationale des Constructeurs de Maisons Individuelles
Christian Louis-Victor - Président de l'Union Nationale des Constructeurs de Maisons Individuelles

Indicateur Bertrand :Comment se porte le marché de la maison individuelle en France et quel bilan de l'année 2005 dressez-vous ?


Christian Louis-Victor : Le marché se porte particulièrement bien. Selon les chiffres de 2005 (512 000 logements neufs dont 266 000 maisons individuelles) et après plusieurs années de forte progression, la maison individuelle en secteur diffus atteint un rythme de croisière élevé de +5 %. Cette progression s'explique par des facteurs structurels et conjoncturels favorables : la préférence des ménages pour le placement "pierre", les besoins de logement liés aux évolutions démographiques et sociologiques, notamment le phénomène de ruralisation croissante, les niveaux très élevés des loyers qui conduisent les ménages à tenter d'accéder à la propriété, des conditions de financement qui restent très incitatives : les taux bas et l'allongement de la durée des prêts. Tout ceci permet de compenser en partie le poids des prix du foncier devenus prohibitifs. Quant au nouveau prêt à 0 %, il permet à certains ménages à revenus modérés d'accéder à la propriété. En fait, les Français ont les yeux rivés sur le financement de leur retraite. Plutôt que d'investir dans la bourse qui leur fait peur, le meilleur moyen d'y parvenir c'est de se sécuriser par l'habitat, avoir un toit à soi. Nous assistons à un retour des valeurs.


I.B. : Les perspectives sont-elles bonnes pour 2006 ?


C.L-V. : Mise à part la Côte d'Azur, en raison d'un important déficit foncier, toutes les régions de France se portent bien et les carnets de commandes des constructeurs sont pleins. Cette vitalité s'explique notamment par le fait que la maison individuelle se révèle l'offre la plus adaptée aux souhaits des ménages en termes d'espace, de confort et d'optimisation de leur solvabilité. La demande reste donc saine et soutenue par des facteurs qui sont aussi structurels : démographie, décohabitation, préparation de la retraite. A chaque fois que les conditions économiques sont remplies pour les ménages souhaitant se lancer dans une opération d'accession, c'est le secteur de la maison individuelle qui apparaît comme le plus convoité. Il faut féliciter les efforts significatifs des constructeurs qui depuis une dizaine d'années collent véritablement aux attentes et aux comportements des consommateurs, tout en répondant aux évolutions en matière d'habitat.


I.B. : Quel regard portezvous sur le projet de loi Engagement national pour le logement (ENL) ?


C.L-V : Le projet de loi Engagement national pour le logement propose de nouvelles mesures qui devraient permettre de maintenir le marché du neuf à un bon niveau de croisière en dehors de tout risque de bulle immobilière : encouragement des maires à libérer l'offre foncière et reconfiguration de l'investissement locatif grâce au Borloo populaire, récemment adopté. La prise de conscience des élus devant l'urgence foncière s'est cristallisée autour de la "Maison à 100 000 e". C'est une bonne formule politique mais objectivement, le ministre Jean-Louis Borloo a déclenché un mouvement : celui de déconnecter le foncier du bâti. Au fil des différents plans gouvernementaux, on a surtout poussé les Français vers le locatif. Le logement est au coeur des problématiques du citoyen comme avoir un emploi et vivre dans un environnement sécurisé. Pour un habitat choisi, le logement doit être une manière de penser au service d'une manière de vivre. Il y a deux grandes priorités pour satisfaire les aspirations des Français en la matière : poursuivre l'accès à la propriété pour le plus grand nombre et libérer l'offre foncière.


Service

Prenez rendez-vous avec un diagnostiqueur