Christian Louis-Victor, président de l'UMF

L'UMF rassemble près de 600 professionnels de la maison individuelle. Son président nous fait partager sa vision du marché et les défis à venir.

Christian Louis-Victor, président de l'UMF
Christian Louis-Victor, président de l'UMF

2010 devrait favoriser le redressement grâce au maintien des aides.



Indicateur Bertrand : Quelles sont les perspectives du marché de la maison individuelle ?


>Christian Louis-Victor : Nous assistons actuellement à un redressement de la commercialisation des maisons individuelles, mois après mois, depuis le 15 avril. Cette tendance ne se retrouve pas encore dans les chiffres des permis de construire et des mises en chantier, en raison du décalage entre la prise de commande et les débuts des travaux. Ce redressement concerne exclusivement la clientèle des primoaccédants.


Nous devons essentiellement cette reprise du marché, aux aides de la collectivité publique. Ces mesures ont été vitales pour les primoaccédants.


Ce sont eux qui ont le plus besoin d'une intervention de la collectivité pour pouvoir financer leur projet.


Notre analyse des dossiers de financements des accédants en maisons individuelles montre que depuis janvier 2009, 35 à 40% d'entre eux n'auraient pas pu concrétiser leur achat sans le doublement du prêt à taux zéro. Nous sommes d'ailleurs satisfaits que le doublement du prêt à taux zéro soit maintenu pour tout le premier semestre 2010. Nous avions beaucoup oeuvré en ce sens ces derniers mois, auprès des pouvoirs publics. Cette fragilité de la reprise plaidait évidemment pour le maintien des aides temporaires au moins jusqu'à la fin de l'année. Dans ces conditions, 2010 devrait être une année favorable au redressement.


I. B. : Le Challenge des maisons innovantes va-t-il se tenir cette année dans un contexte particulier ?


>C. L.-V. : La cinquième édition se déroulera en effet du 3 au 6 décembre prochains à Copenhague, au Danemark. Il précédera ainsi de quelques jours le sommet international sur le climat organisé par l'ONU. L'enjeu est majeur. La communauté internationale doit y élaborer un accord global qui prendra la suite du protocole de Kyoto. En choisissant la même ville, nous souhaitions faire un petit clin d'oeil et montrer que la maison individuelle s'inscrit dans cette démarche de lucidité citoyenne.


La maison et le respect de l'environnement sont désormais définitivement liés. Le Challenge des maisons innovantes s'adresse aux constructeurs de maisons individuelles et récompense des projets immobiliers novateurs en termes de performances énergétiques et de matériaux.


Douze prix seront décernés autour de quatre thématiques clés, dont la maison à Énergie positive : c'est la maison de l'éco-citoyen (éco-construction, éco-gestion, confort et santé). Une maison qui s'articule autour des trois B: brique, bois et béton. Nous souhaitons démontrer que le secteur du bâtiment, et particulièrement, celui de la maison individuelle est précurseur dans la réalisation de bâtiments à énergie positive.


I. B. : Que pensez-vous de la taxe carbone qui va entrer en vigueur dès le 1er janvier 2010 ?


>C. L.-V. : Nous estimons que la taxe carbone s'inscrit dans la croissance verte. Elle paraît être un bon instrument pour inciter les ménages à opter pour lesachats immobiliers les moins consommateurs d'énergies fossiles. La seule vraie question est le niveau de la taxe, qui est issue d'un compromis politique sur la base d'analyses économiques. L'idée est bonne : elle permet de prendre date pour substituer, à terme, une fiscalité assise sur la pollution à une fiscalité basée sur le travail.


Cependant, la mécanique doit être rodée. L'Union des maisons françaises souhaite qu'un bilan objectif et chiffré de cette taxe soit réalisé un an après son entrée en vigueur, en janvier 2011, pour prendre les mesures correctives qui s'avéreront nécessaires.

Service

Prenez rendez-vous avec un diagnostiqueur