Chantiers : le deuxième souffle d’Évry

Ville nouvelle des années 70, Évry est née du rêve de mixité sociale. Pour des raisons financières et surtout de gestion, elle a subi une crise majeure dans les années 90 entraînant la fuite des classes moyennes, la concentration sociale et des problèmes d'image et de sécurité. L'objectif est de mettre en oeuvre désormais une gestion de proximité, de développer la sécurité et d'asseoir la place d'Évry dans le département au travers d'un projet de ville défini en 2004/2005. En complément, le PLU prendrait fin en 2008. Au-delà de 43 % de logements sociaux, des copropriétés dégradées jouent de facto le rôle d'habitat social et doivent faire l'objet d'un plan de sauvegarde ou d'OPAH (Opération programmée d'amélioration de l'habitat).

Chantiers : le deuxième souffle d’Évry
Chantiers : le deuxième souffle d’Évry

Tant et si bien que pour favoriser la rotation dans les HLM et la venue des classes moyennes, 5 000 logements - dont 90 % en accession à la propriété - sont envisagés dans les 10 à 15 ans à venir sur les grandes réserves foncières, dont une centaine d'hectares en centre-ville. Les opérateurs privés commencent à revenir : ING, le Crédit Agricole, Nexity, Monné Decroix. La construction de l'hôpital intercommunal de 1 000 lits a démarré de même que des opérations de requalification (arènes de l'Agora, quartiers des Pyramides et du Bois Sauvage, gare d'Évry-Courcouronnes...). Il est prévu d'améliorer la régularité et la sécurité du RER D. À l'horizon d'une dizaine d'années, la ligne de bus entre Evry et Grigny serait transformée en tram sur pneus et une liaison rapide en tramway se mettrait en place entre Évry, Corbeil et Orly. Le pôle de 100 000 emplois d'évry et de Corbeil égale celui d'Orly et de Rungis.









Service

Prenez rendez-vous avec un diagnostiqueur