Caen : Un marché haussier

Caen échappe d'autant moins à la hausse générale de l'immobilier qu'elle souffre de l'absence de foncier disponible. "Excepté le projet de la presqu'île, il n'y a presque plus de Zac à Caen et les programmes se commercialisent à une vitesse impressionnante. Les résidences que nous commercialisions auparavant en 6 à 8 mois sont désormais vendues en 2 à 3 mois" estime Thierry Pelois. Sur Caen et la Côte fleurie, les ouvertures de chantier représentent environ un millier de logements chaque année. Un chiffre qui ne suffit pas à répondre aux besoins du marché, qui associe résidences secondaires et principales.Résultat, une hausse généralisée des prix. Dans l'ancien, ils atteignent une moyenne de 1 657 €/m2 pour l'ensemble de Caen, ce qui représente une progression de 13 % par rapport à l'année 2004. Dans le neuf, le prix moyen dans Caen intramuros tourne autour de 2 500 €/m2. "Mais dans l'hyper centre, où les programmes sont rares, les prix peuvent facilement grimper à 3 300 €/m2, pour des résidences neuves bien placées" précise Thierry Pelois. Dans les quartiers périphériques nord/est, le secteur de Caen la Mer reste un grand classique, où les prix oscillent autour de 2 300 à 2 400 €/m2.

Caen : Un marché haussier
Caen : Un marché haussier

Bords de mer convoités.


Même tendance à la hausse sur la Côte fleurie. Des stations les plus huppées aux communes plus familiales, l'immobilier ancien ou neuf se vend de plus en plus cher. Dans l'ancien, la chambre des notaires de Basse-Normandie constate en 2005 une hausse de 21 % pour les appartements anciens de la Côte, qui affichent un prix moyen de 2 469 e/m2, Deauville tenant toujours la première place, avec 3 316 €/m2 en moyenne. Côté neuf, le front de mer de Deauville peut monter jusqu'à 5 000 €/m2, rareté oblige. En s'éloignant de la plage, on retrouve des valeurs dont l'ancien se rapproche désormais, entre 3 500 et 3 600 €/m2. D'autres petites stations, plus ou moins cotées, affichent des prix compris entre 3 200 et 3 400 €/m2 pour les programmes neufs : c'est le cas des résidences neuves bien placées à Cabourg. #rCaen la dynamique


Avec ses 24 000 étudiants, la capitale de Basse-Normandie possède un nombre élevé de jeunes de moins de 30 ans. La ville bénéficie de nombreux équipements, qu'ils soient sportifs, culturels ou de loisirs. Du Mémorial, qui rayonne bien au-delà de la région, au simple cinéma de quartier, en passant par la scène nationale du théâtre, la ville offre de quoi s'occuper.


Ville verte.


La qualité de vie tient également à l'environnement, en particulier dans les grandes métropoles. Caen affiche donc tranquillement sa "volonté verte" : 18 parcs et jardins, qui représentent 500 ha de vert, aèrent les différents quartiers, et cela jusqu'au coeur du centre-ville. Inaugurée il y a un peu plus de dix ans, la Colline aux Oiseaux est l'un des parcs chéris des habitants. Avec ses jardins thématiques et sa roseraie exceptionnelle, elle met autant de poésie qu'on pouvait en attendre d'un nom pareil, à la place... d'une ancienne décharge ! Les 50 000 m2 d'aires piétonnes tiennent de la même démarche, qui consiste à mettre l'homme au premier plan de la ville et à écarter la voiture autant que possible.


Grand projet en centre-ville.


Située entre le canal maritime et l'Orne, qui se réunissent en coeur de ville dans le bassin Saint-Pierre, la presqu'île est le grand projet de Caen. "C'est un site qui relie la ville à la mer et qui représente environ 100 ha, plans d'eau compris, autrefois dévolus à des activités industrielles et portuaires" explique Gilles Guérin, directeur de l'urbanisme de la mairie de Caen. Sur les trois secteurs qui composent le projet - rive de l'Orne côté gare, secteur de l'avenue de Tourville côté canal et presqu'île proprement dite - l'urbanisation est déjà en cours. En bordure du bassin Saint-Pierre, la salle des Musiques Actuelles est en construction, de même que l'école régionale des Beaux-Arts. "Dans ce nouveau centre-ville, très bien placé et agréable, les prix tournent autour de 4 000 €/m2" estime Thierry Pelois.


Rares opérations neuves.


Reste que les programmes neufs sont rares à Caen. Dans le cadre des reconversions urbaines, plusieurs opérations ont eu lieu dans des quartiers comme la Guérinière, avec l'objectif de renforcer la mixité sociale, en associant logements en PLS, logements sociaux et accession privée, avec par exemple les petits collectifs signés Investir Immobilier ou Edifidès. Le succès de ces programmes encourage la mairie à oeuvrer dans ce sens : "Nous créons des logements sociaux intégrés dans les quartiers, qui ne se distinguent pas des autres" explique Gilles Guérin. Toujours intra-muros, dans le quartier Saint-Ouen, Bouygues Immobilier réalise un nouveau programme. "Le quartier est proche du centre-ville, tout en bénéficiant d'espaces verts. Il reste une dizaine d'appartements, à un prix moyen de 2 541 €/m2" confie Frédérique Boisset, chef de l'agence Basse-Normandie de Bouygues Immobilier. En périphérie est, desservie par le bus, Seri- Ouest prévoit le lancement prochain d'un programme associant appartements et maisons. Mais la rareté du neuf vaut aussi en première couronne : là encore, la demande est bien supérieure à l'offre et les prix de l'ancien en témoignent, avec une augmentation annuelle de 26 % en 2005, qui porte les prix moyens à 1 308 €/m2 dans l'agglomération, hors Caen.


Service

Prenez rendez-vous avec un diagnostiqueur