• Le Figaro.fr
  • Actu
  • Le Scan Politique
  • International
  • Économie
  • Bourse
  • Décideurs
  • Le Scan Éco
  • Sport 24
  • Le Scan Sport
  • Culture
  • Lifestyle
  • Madame
  • Figaro Store
  • FigaroTV
  • TVMag
  • Santé
  • Étudiant
  • Figarochic.cn
  • Histoire
  • Nautisme
  • Golf
  • Figaroscope
  • Voyage
  • Enchères
  • Vin
  • Jardin
  • Météo consult
  • Annuaire santé avec PagesJaunes
  • Le particulier
  • Cadremploi
  • La chaîne météo
  • Keljob
  • Kelformation
  • Ticketac
  • Cplussur

Bruxelles : la francophone

Depuis plusieurs années, Bruxelles attire les acquéreurs français en quête de qualité de vie et d’une fiscalité plus douce qu’en France. Ici, ils sont servis.

Bruxelles : la francophone
Bruxelles : la francophone

La Belgique a de nombreux atouts. A commencer par sa proximité de la France, sa langue et la convivialité de ses habitants. Pour un Français, il est donc très facile de s’installer dans ce pays. Résultat : la vague de départs à laquelle on assiste depuis 2012 continue. En 2014, le marché immobilier s’y est bien tenu (130 368 ventes au total). Selon les notaires, les transactions ont augmenté de 7,6 % sur un an en Flandre et de 3,9 % en Wallonie. Mais, Bruxelles semble voir son marché s’essouffl er. Le volume des ventes y est en baisse de 7,8 %. Dans la capitale, les notaires belges notent cependant une évolution toujours favorable des prix des maisons. Avec un prix moyen de 436 000 €, la hausse a été de 6,3 % en 2014. Les villas de standing augmentent même fortement, passant de 711 806 à 999 110 €. Les communes de Bruxelles, Etterbeel, Ixelles, Uccle, Watermael-Boitsfort, Woluwe-Saint-Pierre et Saint Lambert tiennent le haut du pavé avec des prix médians affi chés entre 400 000 € et 500 000 €. Les communes de Forest, Evere, Auderghem, Saint-Gilles et Schaerbeek ont également bien résisté, avec des prix médians allant de 300 000 à 400 000 €.

Pour les maisons plus cossues, le phénomène est identique. Les notaires constatent notamment de belles progressions dans les communes du sud-est de Bruxelles, où le prix moyen excède le million d’euros (Uccle, Woluwe-Saint-Pierre). A noter que dans une commune comme Uccle, les prix se sont appréciés de 21,4 % et qu’à WatermaelBoitsfort, ils ont augmenté de 4 %. A Ixelles, en revanche, les valeurs baissent de 16 %, ce qui ramène le prix moyen d’une maison à 500 000 €. Côté appartements, si les prix baissent sur l’ensemble du pays, de l’ordre de 4,3 % sur un an (autour de 2 000 €/m2), le mètre carré se négocie plutôt à 2 500 €/m2 à Bruxelles. Mais alors que les prix des appartements de 1 et 2 chambres sont restés stables, les grandes surfaces ont globalement diminué, après une forte hausse l’année précédente. Et si le prix des appartements 1 à 2 chambres se maintient, c’est surtout en raison d’une présence forte des investisseurs.

Près de la Grand-Place, les maisons brabançonnes du XVIe siècle renferment de très beaux appartements qui s’échangent à plus de 3 500 €/m2. Près des Sablons, le quartier des antiquaires très recherché pour son ambiance conviviale, les valeurs oscillent entre 2 500 et 5 000 €/m2 selon la qualité. Il en va de même dans le quartier européen. Beaucoup de biens s’échangent toutefois entre 3 300 et 3 500 €/m2. Sur le marché locatif, la demande est forte. Résultat, les investisseurs affluent, appâtés par des rentabilités de l’ordre de 5 à 7 % selon les cas.

Uccle, avenue Jacques-Pastur Maison à rénover entièrement, 425 000 €

Ixelles Appartement en bon état, 3 chambres, vendu 435 000 €

Services