Boulogne : les constructions neuves démarrent sur les terrains Renault

C'est l'événement de l'année : fortement médiatisés par l'épisode Pinault, les anciens terrains de Renault commencent leur métamorphose. Face à l'Ile Seguin, les premiers appartements du Trapèze ont été mis en vente un vendredi 13, en octobre. Estce pour cela que la chance était au rendezvous donné par les promoteurs au public ? En un week-end, 237 appartements ont été réservés sur les 374 mis en vente, bien que les prix culminent entre 6 000 et 7 000 e/m2. Mais l'enjeu est d'exception : le quartier offre des atouts, depuis un parc de 7 ha jusqu'aux infrastructures scolaires en passant par les commerces et les bureaux. A cela s'ajoutent le charme des bords de Seine et le temple de la culture et de l'art que sera l'Ile Seguin, où vont prendre forme le Centre européen de création contemporaine, une scène des musiques actuelles, des résidences pour chercheurs et artistes... La ZAC Seguin-Rives de Seine est la plus vaste aux portes de Paris. Elle s'étend sur 74 ha et accueillira 12 000 habitants vers 2011. Des signatures de l'architecture s'y croisent, comme Jean-Paul Viguier et Norman Foster. Nexity, Icade Capri et Vinci Immobilier ont mis en place un espace de vente et un site internet dédiés à l'information des acquéreurs (www.rivesdeseine. com).

Boulogne : les constructions neuves démarrent sur les terrains Renault
Boulogne : les constructions neuves démarrent sur les terrains Renault

Mille logements à Asnières. La commune sort aussi le grand jeu en bord de Seine. Situé sur les anciens terrains d'Unilever, son nouveau quartier des Bords de Seine accueillera 1 000 logements sur 8 ha, 2 immeubles tertiaires, des commerces et une crèche au rez-de-chaussée, une école d'une vingtaine de classes, un gymnase et un terrain de sport. Un parc de 7 000 m2, un mail et des allées plantées paysageront le tout. Trois promoteurs démarrent les 500 premiers logements (Eiffage Immobilier, Cogedim et Coffim) et Bouwfonds Marignan interviendra dans la seconde tranche. La livraison des habitations aura lieu en même temps que celle des équipements, prévue pour la rentrée scolaire 2008. Le quartier bénéficie d'une station RER.


Du sang neuf pour Gennevilliers.


La commune qui compte 45 000 habitants, vise les 50 000. "Mais ce n'est pas une marche forcée", nuance l'adjoint au maire, Roland Muzeau. La ville mène l'opération Coeur de Seine avec le groupe Nexity pour réaliser 800 logements et 150 000 m2 de bureaux. Tous les biens de la première tranche ont été vendus à une vitesse record et deux nouvelles phases s'annoncent, pour lesquelles l'instruction du permis de construire est en cours. Un important programme d'Eiffage Immobilier devrait démarrer sa construction en février, au pied du métro. "La demande est énorme, reprend l'élu. Les prix pratiqués dans ce secteur, proche de Paris et doté d'une station de métro, sont bien inférieurs à ceux de nos voisins immédiats, de l'ordre de 3 200 à 3 600 e/m2. Nous imposons des prix de sortie en échange d'une régulation de la charge foncière." En face de la mairie, une autre opération de 12 ha est en gestation et donnera lieu à un premier programme de Meunier commercialisé en début d'année. Au menu : 800 logements, des commerces, du tertiaire, des voies nouvelles... Du sang neuf pour cette commune qui créé aussi une trame verte le long de son port, appelée à rejoindre les développements paysagers des berges jusqu'à Rueil-Malmaison.


Quelques programmes à Nanterre.


La municipalité poursuit l'ambition de construire 1 600 logements dans les années à venir, mais pour le moment elle ne livre que quelques programmes d'habitat sur La Boule et Seine Arche, l'opération d'urbanisme qui créera un escalier de marches engazonnées entre La Défense et la Seine. Notons un programme de belle facture de Bouygues Immobilier sur Seine Arche : Les Patios de verre, dont les travaux sont en cours. La politique de prix maîtrisés mise en place par la mairie et les promoteurs rend accessibles les logements aux environs de 3 400 e/m2 dans le secteur libre et de 2 400 e/m2 pour l'accession sociale. Toujours dans les Hauts-de-Seine, mais au sud, en limite de Châtenay-Malabry et dans la périphérie d'Antony, Le Plessis-Robinson achève la commercialisation de 30 % des 1 200 lots de la Cité Jardins. Si elle n'a plus de ce fait l'envolée du départ, cette opération reste néanmoins phare par l'architecture francilienne de qualité mise en oeuvre. Avis aux amateurs de bel ouvrage !


Service

Prenez rendez-vous avec un diagnostiqueur