Bordeaux, un prestige conservé, 3e ville où investir en 2014

Détrônée de la place de leader, la perle d’Aquitaine n’en demeure pas moins
dans le trio de tête. Son patrimoine d’exception et ses quartiers en devenir attirent les investisseurs.

Bordeaux, un prestige conservé, 3e ville où investir en 2014
Bordeaux, un prestige conservé, 3e ville où investir en 2014

Première de notre palmarès durant deux années consécutives, Bordeaux cède deux places dans notre édition 2014. Une petite surprise dans la mesure où cette ville reste sans nul doute l’une de celles qui vit la plus belle métamorphose. D’ailleurs, Patrice de Moncan, auteur et économiste, en partenariat avec la Fnaim en a, tout récemment, dressé un portrait très flatteur dans un ouvrage qui a pour titre « Que vaut Bordeaux ? ». On y apprend par exemple que le patrimoine bordelais vaut au bas mot 33,5 milliards d’euros et que la ville se situe à un prix vingt fois supérieur à Paris, malgré une population dix fois moins nombreuse et des prix au mètre carré deux fois moins élevés. Un élément qui s’explique par une concentration unique en son genre d’hôtels particuliers datant du XVIIIe siècle. Bref, Bordeaux reste une ville au patrimoine exceptionnel, classée d’ailleurs au patrimoine mondial de l’Unesco. Pour autant, Bordeaux ne vit pas sur son passé. Si la ville a entrepris des projets d’urbanisme colossaux : entrée en service du pont Jacques-Chaban- Delmas, pont Jean-Jacques-Bosc (prévue en 2018) qui offrira une liaison facilité avec le sud de la ville et en particulier le secteur Bordeaux-Euratlantique, c’est la LGV, attendue en 2017, qui fait aussi pousser des ailes à des quartiers comme celui de la gare Saint-Jean.


 


Des prix en légère baisse


Des milliers de logements sont également prévus. De fait, sa population a grimpé de 3,1 %, l’emploi de 1,22 % selon les derniers recensements de l’Insee. Mais, Bordeaux perd des points sur le plan immobilier. Les prix de l’ancien s’essoufflent. Il est vrai qu’ils avaient beaucoup augmenté ces dernières années. Logique qu’une correction s’opère. Aujourd’hui, le prix moyen au mètre carré atteint donc 2 890 €, en chute de 1,4 %. Dans le neuf, malgré une activité en forte hausse par rapport à 2012 (+20 % sur un an à fin 2013), les prix progressent désormais faiblement car le prix au mètre carré atteint quasiment 4 000 € en moyenne. Un chiffre qui ne décourage pas les investisseurs malgré des rendements assez faibles. Aux Bassins à Flots, un studio neuf de 30 m2 peut se négocier 136 500 € et rapporter 3,10 % par an (hors avantage fiscal) dès lors qu’il ne peut se louer plus de 12 €/m2. Un autre de 31 m2 s’affichant à 146 000 € voit son rendement chuter à 3 %. Mais, avec la réduction, la performance monte à 5 %. L’achat d’un 2-pièces de 43 m2 à 145 500 € permet à l’investisseur de tirer son épingle du jeu puisqu’il atteint 4,2 % ! Mais, à Bordeaux, ce niveau de prix est rare : comptez plutôt autour de 180 000 à 200 000 € dans le neuf.

Services