Bien étudier le terrain

Pour garantir au maximum son investissement, mieux vaut acheter dans une zone en croissance démographique, plutôt que dans une ville qui perd des habitants. Vous trouverez cette information auprès des municipalités ou de l’Insee. Prêtez également une attention particulière aux indicateurs macro-économiques : un bassin d’emploi dynamique, l’implantation de nouvelles entreprises dans la région indiquent une ville qui a un potentiel de développement. Vous pouvez aussi contacter les grandes agences immobilières de l’agglomération qui vous intéresse, appeler les fédérations comme la FNAIM ou la Cnab (Confédération nationale des administrateurs de biens), pour les sonder sur l’état du marché locatif : savoir, par exemple, combien de temps cela prend pour louer, ou relouer un logement.

Bien étudier le terrain
Bien étudier le terrain

Pour aller plus avant dans l’étude du marché, “il faut se renseigner sur le nombre de permis de construire délivrés dans l’année, conseille Jean-François Gabilla, président de la FPC. S’ils sont nombreux, cela signifie qu’il y aura de la concurrence sur votre marché dans deux ans.” Car un investissement locatif se pense toujours sur le long terme, des dispositifs fiscaux comme le Borloo ou le Robien ont d’ailleurs des durées minimum de neuf ans. Le souci prioritaire de l’investisseur est donc de s’assurer que son bien sera tout le temps loué. “A priori, le propriétairebailleur connaîtra de moins en moins la situation où il garde le même locataire pendant quinze ans. Son bien doit donc correspondre aux problématiques de locataires qui sont là pour une durée plus courte ; à lui d’essayer de les fidéliser. En s’assurant, par exemple, de la proximité d’un transport propre, comme le tram, qui répond aux besoins des familles comme des étudiants”, souligne Jean-Jacques Toulgoat. Transports, commerces, services : autant de critères essentiels d’un bon quartier, dont vous vérifierez vous-même la présence sur place.


Service

Prenez rendez-vous avec un diagnostiqueur