Avec "Réinventer la Seine" Paris s’ouvre sur la mer

PHOTOS. La capitale, en partenariat avec la métropole de Rouen et du Havre, lance un concours visant à développer des constructions innovantes sur une quarantaine de sites, le long du fleuve.

Avec "Réinventer la Seine" Paris s’ouvre sur la mer
Avec "Réinventer la Seine" Paris s’ouvre sur la mer

Paris, à la conquête de la Seine. La maire de la capitale, Anne Hidalgo, en fait son cheval de bataille et trouve, pour l’occasion, l’appui de la métropole de Rouen et du Havre. "Paris est la seule agglomération mondiale qui n’a pas de façade maritime (…) Dans la compétition des grandes villes internationales, nous sommes bien placés. Mais imaginez ce que nous gagnerions, en matière d’attractivité, en ayant accès à la mer ?" Pour concrétiser ce rêve, les municipalités lancent un grand concours d’architectures. 40 sites, répartis sur les trois villes et longeant le fleuve seront soumis à l’imagination des architectes, artistes et urbanistes en tous genres (voir diaporama). Ces derniers auront jusqu’à la fin de l’année 2016 pour soumettre un projet avec esquisse. Les résultats définitifs seront rendus publics à partir du printemps 2017.




À la clé, des nouveaux complexes de loisirs, des bureaux en bord de Seine, des campus, des hôtels flottants et pourquoi pas… du logement "mais ce sera plus compliqué", indique d’entrée Jean-Louis Missika, adjoint au maire en charge de l’urbanisme et de l’architecture. "Pourquoi pas si les services de sécurité nous y autorisent. Pour construire du logement en zone inondable, il nous faudrait modifier le Plan de prévention des risques d’inondations (PPRI), géré par l’État. Nous sommes en discussion avec les services concernés pour réaliser des passerelles habitables, au-dessus de l’eau".

Une bonne opération pour les pouvoirs publics


La plupart des terrains sont publics à divers degrés : "on retrouve du foncier des ports, des terres appartenant aux villes, à l’Établissement public et foncier d’Île-de-France, aux départements…", liste Jean-Louis Missika. "Réinventer la Seine" pourrait ainsi rapporter gros. L’édition parisienne avait drainé près de 528 millions d’euros. "Ce type d’appel à projet mobilise l’attention d’investisseurs qui n’auraient pas regardé ces sites s’ils avaient été proposés séparément", souligne l’adjoint au maire.


Parmi les futurs secteurs à aménager on retrouve, pêle-mêle, la place Mazas du quai de la Rapée, le port de Tolbiac ou le port Montebello à Paris, mais aussi le Lac du Mesnil, l’île Lacroix-Océade, le Belvédère du Cap de la Hève et le Canal de la Lézarde à Rouen et au Havre.


Vers une fronde des architectes ?


La mairie de Paris devra cependant faire avec l’hostilité de certains organismes, comme l’Union nationale des syndicats français d'architectes (Unsfa). Cette dernière avait violemment critiqué l’opération "Réinventer Paris" dont s’inspire "Réinventer la Seine" tant sur la forme que sur le fond. "La ville ne peut se créer à bon compte, et encore moins sur le dos et avec le porte-monnaie des architectes, "taillable" et corvéables à merci" attaquait alors Régis Chaumont, président de l’Unsfa, dans un communiqué.


Le syndicaliste rejoignait la position de Catherine Jacquot, présidente du Conseil national de l'ordre des architectes, qui dans une interview accordée au journal Télérama, dénonçait une entreprise profitable pour la ville au détriment des architectes : "La plupart des équipes, il faut le rappeler, n'ont pas été payées !" avait-elle assénée. Tous deux récusent le principe selon lequel, durant la phase préliminaire, une esquisse soit rendue sans être nécessairement rémunérée.


Du côté de la mairie de Paris, on assume pleinement cette position : « Nous sommes dans un cas particulier », rappelle Jean-Louis Missika. "Ce n’est pas la ville qui contractualise l’architecte mais le promoteur. Notre mission, c’est de demander au promoteur de respecter un contrat dans lequel il rémunère l’architecte au moment de la phase finale, comme c’est le cas dans la plupart des concours, et pas avant, dans la phase préliminaire. Sur ce point, l’édition « Réinventer la Seine » sera similaire à celle de "Réinventer Paris"". Pas sûr que cela plaise à tout le monde…
   Sites du projet "Réinvetner la Seine" by


Service

Prenez rendez-vous avec un diagnostiqueur