Avantages fiscaux

Les avantages fiscaux que l’on peut retirer d’un investissement immobilier classique motivent les acheteurs et peuvent s’avérer vraiment intéressants pour faire baisser le montant du chèque à envoyer au percepteur. Mais l’investisseur ne doit jamais se contenter de l’argument fiscal pour motiver sa décision d’achat. D’abord parce qu’une fois l’avantage fiscal perçu, il conserve un logement immobilier à louer ou à revendre. Ensuite parce que les programmes “spécial investisseurs” qui ont eu tendance à se développer, surfant sur la vague du succès du Robien, n’ont pas été sans effets pervers pour le marché.

Avantages fiscaux
Avantages fiscaux

Un attrait à double tranchant.


Dopée par le Robien, la construction neuve a débordé les zones attractives, offrant une rentabilité locative aux investisseurs, pour aller se nicher dans des petites villes au foncier plus abordable… mais sans locataires ! Certaines croulent aujourd'hui sous une offre pléthorique de logements à louer, trop nombreux pour la demande locale. Reste que le dispositif Robien est attractif, à condition de bien choisir la localisation du logement. Pour les programmes dont le permis de construire sera déposé après le 1er juillet 2006, les avantages fiscaux du Robien seront revus à la baisse, l’amortissement étant ramené à 50 %, sur 9 ans maximum, ce qui reste intéressant, en particulier pour les ménages situés dans la tranche la plus haute de l’impôt.


Le Borloo populaire.


Le Robien baisse et le “Borloo populaire” pointe le bout de son nez. Ce nouveau dispositif est clairement plus incitatif que le Robien, avec une période d’amortissement qui peut aller jusqu’à 15 ans et 65 % de la valeur du bien, sans oublier une déduction forfaitaire, qui compensent largement l’obligation de devoir appliquer des loyers inférieurs de 30 % à ceux pratiqués sur le marché libre. L’avantage : ce dispositif, tourné vers les locataires à faibles revenus, devrait élargir l’investissement immobilier à des catégories d’investisseurs moins fortunés. L’inconvénient : il va falloir “parier” sur des quartiers et des secteurs peu valorisés. Dans le cadre de l’investissement Borloo, il faudra donc être doublement vigilant dans le choix de l’emplacement, en sélectionnant les quartiers et villes populaires dont l’avenir semble le plus prometteur.


“Même dans les villes qui souffrent d’une image désastreuse, on peut trouver des secteurs intéressants, aux abords des transports par exemple et à l’écart des cités” estime Sylvie Tourète, agent immobilier en Seine-Saint-Denis.


Service

Prenez rendez-vous avec un diagnostiqueur