Au sud, cap sur l'Essonne

"Un quart des nouveaux habitants du département provient des départements voisins de petite couronne,Hauts-de-Seine et Val-de- Marne", constate la Fnaim. Même si les prix ont progressé dans tout l'Essonne (91), avec des hausses annuelles spectaculaires, dépassant les 30 % pour des villes comme Longjumeau ou Sainte-Geneviève-des-Bois par exemple, ce département permet aux exilés des portes de Paris de se loger plus grand et moins cher. Dans le neuf, les prix se sont stabilisés aux environs de 3 500 e/m2, mais l'Essonne manque cruellement d'offre : "C'est le département de grande couronne le plus pauvre en nombre de lots disponibles", explique l'Adil (Agence départementale d'information sur le logement).

Au sud, cap sur l'Essonne
Au sud, cap sur l'Essonne

Massy l'active.


A une quinzaine de kilomètres au sud de Paris, Massy compte aujourd'hui plus de 40 000 habitants et en attire de nouveaux. La raison de ce succès tient sans doute d'abord à la desserte exceptionnelle en transports en commun qui la caractérise. Avec près de 25 000 voyageurs/jour, les deux gares RER, où passent les lignes B et C, permettent d'arriver à Paris, tandis que la gare TGV voit 40 trains partir chaque jour vers quelque 60 destinations à travers tout l'Hexagone et vers les capitales européennes. C'est d'ailleurs à l'ouest de la gare que se développe le quartier Vilmorin, à moitié achevé aujourd'hui. Il regroupera à terme 1 200 logements. On y retrouve aujourd'hui des appartements commercialisés par Bouygues Immobilier, Sedaf, Eiffage Immobilier, Interconstruction ou encore Bouwfonds Marignan. Dominance, la résidence que propose ce dernier promoteur, affiche des 3-pièces à partir de 268 000 e pour 68 m2. La vitalité de Massy tient aussi à son activité économique : dans le quartier Atlantis, 450 000 m2 de bureaux, activités et équipements sont prévus aux côtés des 3 000 logements à venir. Dans ce secteur en plein devenir, 250 logements sont actuellement en vente, et vous y trouverez des 3-pièces à partir de 247 200 e pour plus de 60 m2 dans la résidence d'Icade Capri. Plus à l'est, dans la commune de Wissous, le quartier Saint-Eloi prévoit 700 habitations à l'horizon 2010. La commercialisation des premiers logements du quartier - aménagé par Gestec, une filiale d'Eiffage - a démarré fin septembre. Installé autour d'un lac et conçu par l'atelier Xavier Bohl, auteur de la Cité-Jardins du Plessis-Robinson (92), ce nouveau quartier abrite des réalisations signées Eiffage Immobilier, Kaufman & Broad et Cofimmo. La Villa Medicis, réalisation conjointe de ces deux promoteurs, affiche des premiers prix à 202 000 e pour les 3-pièces. Un peu plus au sud, Longjumeau compte également plusieurs nouveaux programmes, notamment dans la ZAC du centre-ville, où le groupe Arcade propose des 3-pièces à 232 000 e.


Côté Seine.


Le Val d'Orge, entre Orge et Seine, est actuellement en pleine explosion. Les prix y sont encore abordables, mais ce sont les villes qui enregistrent les plus fortes hausses des prix de l'ancien. Les raisons de ce succès : un bon maillage de transports en commun, mais aussi en axes de circulation majeurs, des pôles d'emplois consistants, d'Orly à Evry en passant par Rungis, et des villes "qui ont une âme". Un succès qui se prolonge vers le sud et des communes comme Arpajon et même Etampes, où l'ancien a franchi le barrage "psychologique" (et financier !) des 2 000 e/m2. Juvisy-sur-Orge (voir encadré) connaît aujourd'hui une belle activité de l'immobilier neuf, avec les programmes de la ZAC Monttessuy. Les 3-pièces démarrent à 230 000 e pour 68 m2 dans le programme de Windsor, tandis que le Parc Monttessuy, signé Nexity Apollonia, affiche un prix de 196 000 e pour des 3-pièces plus modestes de 53 m2. Plus au sud, à Brétigny-sur-Orge, c'est le quartier Collenot qui va connaître de grands changements dans les deux années à venir, avec la construction d'équipements publics, dont la plus importante est la réalisation d'une crèche multi-accueil de 60 berceaux. Des logements neufs accompagnent cette évolution et près de 300 logements sont actuellement commercialisés dans toute la ville, où le prix moyen du neuf s'établit à 3 500 e/m2. Etampes, la grande ville du sud du département, a également le vent en poupe. Les prix de l'ancien se sont appréciés de plus de 17 % en un an. Côté neuf, de nouvelles réalisations prennent place non loin de la gare. Le Jardin des Peintres, signé Kaufman & Broad, propose des 3-pièces à partir de 214 000 e pour 63 m2.


Service

Prenez rendez-vous avec un diagnostiqueur