ASSOCIER RENTABILITÉ ET DÉFISCALISATION

"C'est le dispositif Robien qui a dopé les ventes de neuf en 2004, et nous aurons probablement le même résultat en 2005" constate la Fédération des Promoteurs Constructeurs. Il est vrai que si le neuf entraîne une dépense de départ plus importante à surface et quartier égaux, il présente des atouts non négligeables.

ASSOCIER RENTABILITÉ ET DÉFISCALISATION
ASSOCIER RENTABILITÉ ET DÉFISCALISATION

En Robien


D'une part, le logement neuf vous évite les travaux de rafraîchissement, voire de remise aux normes, que peuvent entraîner des logements anciens plus ou moins vétustes. De plus, même si le dispositif Robien s'applique aussi à l'ancien, ce n'est possible que sous certaines conditions de travaux de réhabilitation. La loi Robien est donc idéalement adaptée au marché neuf et elle permet d'amortir très largement votre acquisition. Vous déduisez en effet de vos revenus de location, une partie du prix de revient du logement, à raison de 8% pendant les 5 premières années et de 2,5% les 4 années suivantes. Cela représente environ 40% de la valeur du bien et peut même culminer à 65 % si vous décidez de prolonger l'amortissement pendant six ans supplémentaires. Vous réalisez donc une véritable économie, à laquelle s'ajoute l'abattement forfaitaire de 6% sur les loyers imposables, pendant toute la durée de l'amortissement, le taux de 14% étant ensuite applicable, à l'expiration de la période d'amortissement. Les plafonds de loyer au m2 ont été relevés et pour les baux signés en 2005 atteignent 19,19 € en zone A (qui inclut la région parisienne, la côte d'Azur et le genevois français), 13,33 € pour les villes de plus de 50 000 habitants et les communes chères situées aux franges de la zone A, passant à 9,59 € pour tout le reste du territoire. Veillez cependant à ne pas vous baser sur le plafond de loyer du secteur où vous investissez pour calculer la rentabilité de votre investissement : en effet, ils sont souvent plus élevés que les loyers réellement pratiqués et vous aurez bien du mal à trouver des locataires à 19,19 €/m2 si le loyer moyen est à 17 ou 18 €...


La résidence meublée


Les résidences meublées se sont multipliées et offrent elles aussi la possibilité d'associer rentabilité locative et avantages fiscaux. Qu'il s'agisse de résidences pour étudiants ou personnes âgées ou de résidences de tourisme situées sur le littoral ou en montagne dans les stations de ski, une résidence meublée implique que le logement soit muni du mobilier de la vie courante. Des services hôteliers peuvent y être dispensés (fournir et changer le linge de maison, repas, mise à disposition de machines à laver, de salles communes de détente, ou de sport, etc.). Les formules d'acquisition dans ce type de résidences englobent le service de gestion locative, qui s'occupe de louer votre bien et de l'entretenir, vous propose un certain nombre de garanties et, dans le cas des résidences de tourisme, vous offre ou non, suivant la formule que vous choisissez des semaines d'occupation. Sachez cependant que les semaines d'occupation entraînent le plus souvent une rentabilité locative moins élevée.Les résidences en meublé vous confèrent les statuts d'investisseur en LMP ou LMNP (Loueur en Meublé Professionnel, ou Non Professionnel), qui vous permettent de récupérer la TVA et de déclarer les revenus locatifs dans la catégorie des BIC (Bénéfices Industriels et Commerciaux) : vous pouvez alors déduire de vos revenus un certain nombre de charges imputables à l'amortissement de votre bien, y compris les intérêts d'emprunt. Quant aux résidences de tourisme, lorsqu'elles sont situées en ZRR (Zone de Revitalisation Rurale), elles vous permettent une réduction d'impôts égale à 25 % du montant de l'investissement, étalée sur six ans. Vous récupérez également la TVA et appliquez la déduction forfaitaire de 6 %, en déduisant les charges de gestion et les intérêts d'emprunt.


Service

Prenez rendez-vous avec un diagnostiqueur