Activité toujours soutenue

Dans l’ancien comme dans le neuf, le taux d’activité reste orienté à la hausse, avec une progression de l’ordre de 4,1 % sur un an pour l’ancien, et des ventes de logements neufs qui, selon le ministère de l’Equipement, ont enregistré un record en 2005, la progression s’établissant à 8,3 %, pour un total de 121 500 unités vendues.

Activité toujours soutenue
Activité toujours soutenue

L’inquiétude des professionnels ne porte donc pas sur la crise possible du marché immobilier, mais plutôt sur les difficultés sociales qu’il fait apparaître. Lors de la récente conférence de presse des notaires parisiens, Maître Catherine Carely soulignait la difficulté croissante des Franciliens à se loger, notant que : “57 % des Français sont propriétaires de leur logement, mais ils ne sont que 46 % en Ile-de-France. La croissance moyenne de la population francilienne a doublé entre 1999 et 2005 par rapport à la période 1990-1999, alors que la production de logements neufs a été divisée par deux en dix ans”.


Du côté du neuf, la présence des investisseurs reste forte et alimente toujours le marché. L’effet Robien a continué de jouer à plein sur les ventes de 2005. Rappelons que la part des investisseurs dans les acquisitions de logements neufs est passée de 49 % en 1996 à 55 % en 2004, un pourcentage jamais atteint auparavant. Placement patrimonial ou davantage tourné vers la rentabilité locative, l’immobilier reste une valeur sûre, en particulier pour ceux qui cherchent à se constituer un patrimoine en vue de la retraite. Malgré des prix toujours orientés à la hausse ? Oui, à condition de bien sélectionner son investissement et de ne pas se laisser aveugler par les différentes formules de défiscalisation.


Service

Prenez rendez-vous avec un diagnostiqueur