A4 : De Bussy Saint-Georges à Val d'Europe

"Il faudrait construire des villes à la campagne. L'air y est plus sain". Politiques, aménageurs et promoteurs ont pris Alphonse Allais au mot. Illustration le long de l'A4, entre Bussy Saint-Georges, sur le secteur 3 de la ville nouvelle de Marne-la-Vallée, et Val d'Europe, secteur 4.

A4 : De Bussy Saint-Georges à Val d'Europe
A4 : De Bussy Saint-Georges à Val d'Europe

Avec un développement inédit sur les 20 dernières années et pas moins de 25 programmes en commercialisation actuellement, la ville semble en passe de trouver une alternative à l'asphyxie et s'approcher de l'équilibre entre logements, activité économique, infrastructures et espaces verts.


Le jaune des grues pointille depuis vingt ans ce bout de ciel seine-et-marnais et pourtant, le paysage ne se lasse pas de sa dominante verte. À moins d'une demi-heure de Paris (aux bonnes heures) par l'autoroute A4, Bussy Saint-Georges, Chanteloup-en-Brie, Montévrain et les cinq communes de Val d'Europe totalisent 25 des 61 programmes en cours de commercialisation sur le département. Et ce, à deux pas des forêts de Ferrières, de Rougeau et de Bréviande, où chevauchaient jadis les Rois de France longtemps amateurs, comme les Impressionnistes au 19e siècle, de la verdure des lieux. Le développement urbain (une population multipliée par 27 depuis 1985 à Bussy et quadruplée en 13 ans à Val d'Europe) n'aura pas raison de la campagne. Une large bande de terres agricoles entre Bussy Saint-Georges et Val d'Europe est par exemple protégée par la convention de création de la ville nouvelle, en 1985.


Service

Prenez rendez-vous avec un diagnostiqueur