1. Accueil
  2. Conseils
  3. Actualité
  4. 3 QUESTIONS À Thierry THOMAS, président du conseil régional des notaires de Bretagne

3 QUESTIONS À Thierry THOMAS, président du conseil régional des notaires de Bretagne

La reprise du marché dans le neuf et l’ancien

3 QUESTIONS À Thierry THOMAS, président du conseil régional des notaires de Bretagne
3 QUESTIONS À Thierry THOMAS, président du conseil régional des notaires de Bretagne


Explorimmoneuf. Après des volumes et des prix en hausse en 2010, comment se dessine 2011 ?


Thierry Thomas. Le marché est effectivement relancé, mais contrairement aux impressions données par les communications nationales, les prix ne se sont pas envolés. Dans l’ancien, ils ont profi té du contexte de « reprise » économique générale et de taux d’intérêt historiquement bas à la fi n de l’année. Dans l’ancien, beaucoup d’acquéreurs souhaitaient, en outre, concrétiser leur projet immobilier avant le 31 décembre afi n de bénéfi cier de la déductibilité des intérêts d’emprunts.


Dans le neuf, la reprise a concerné les secteurs éligibles au Scellier essentiellement, ce qui est le cas de Nantes et Rennes. Dans cette dernière, la hausse semble forte parce que l’essentiel de l’off re a été concentré sur quelques quartiers très cotés, alors qu’à Nantes, elle est répartie sur l’ensemble du territoire.


En ce début d’année, on observe que les prix se sont stabilisés dans les centres et les premières couronnes. Ailleurs, les tendances sont moins précises étant donné le faible nombre de transactions.


Quel va être l’impact de la généralisation de la performance énergétique dans le neuf ?


T. T. On dit qu’elle pourrait provoquer un eff ondrement du marché de l’ancien. Ce n’est pas mon avis.


La performance énergétique est incomparable entre une construction d’aujourd’hui et un immeuble des années 70, mais leur prix aussi. Ces deux biens ne sont pas réellement en compétition. Je pense en revanche que l’impact sera fort sur le marché locatif. Les locataires vont pouvoir choisir et se tourneront vers le bien qui présente les meilleurs diagnostics pour mieux maîtriser leur facture énergétique.


Les appartements neufs avaient atteint 3 469 €/m2 entre octobre 2009 et septembre 2010, et se vendent 3 588 €/ m2 à Nantes.


À ce niveau de prix, l’investissement locatif en Scellier n’a-t-il qu’un intérêt fi scal ou conservet-il un intérêt patrimonial ?


T. T. En matière d’investissement locatif, c’est toujours l’intérêt patrimonial qui doit primer. L’intérêt fi scal ne doit demeurer qu’accessoire.


Nous voyons malheureusement trop souvent des clients qui ont le sentiment d’avoir été abusés, parce qu’ils ont acheté un bien pour des raisons fi scales et qu’ils n’arrivent pas à le louer.


Or si l’investisseur ne trouve pas de locataires dans les douze mois après l’achèvement des travaux, l’intérêt fi scal disparaît. C’est pourquoi les notaires insistent toujours sur ce point.



Service

Prenez rendez-vous avec un diagnostiqueur